02 septembre 2012

LOU REED : Rock 'n' roll animal


Acquis sur le vide-grenier de Germaine le 26 août 2012
Réf : LP 401 -- Edité par Phantom en Hollande en 1973
Support : 33 tours 30 cm
8 titres

L'an dernier, le vide-grenier de Germaine, qui a toujours lieu le dernier dimanche d'août, était tombé en plein pendant les vendanges et il en avait largement souffert (en plus il ne faisait pas très beau) : quatre à cinq fois moins de stands que d'habitude et des allées désertées. Je n'en avais rien ramené de bon.
Cette année, les vendanges seront beaucoup plus tardives et le temps était mitigé, mais correct. N'empêche, le vide-grenier était loin d'avoir fait le plein par rapport à ce qu'on a connu avant 2011. J'ai quand même fait quelques emplettes intéressantes, dont les deux albums achetés à un gars qui divisaient ses 33 tours en deux lots : les plus anciens, qui ne lui avaient pas appartenu, à 1 € (j'y ai pioché un album de calypso dont on aura l'occasion de parler) et les siens, plus rock, à 2 €, parmi lesquels il y avait plusieurs disques sûrement recherchés, mais qui ne m'intéressaient pas à ce prix, et ce Rock 'n' roll animal de Lou Reed, sur lequel je me suis jeté sans hésitation, avant même de savoir vraiment à quoi j'avais affaire.
Rock 'n' roll animal est sans doute l'album live le plus connu de Lou Reed. Il a été enregistré à New York le 21 décembre 1973 et est sorti en février 1974. L'année suivant, d'autres morceaux du même concert ont été édités sous le titre Lou Reed live.
Je n'ai même pas eu besoin de regarder de près la pochette de mon Rock 'n' roll animal pour savoir qu'il s'agissait non pas de l'album officiel sorti chez RCA mais d'un disque pirate. Une fois ouvert, j'ai d'ailleurs constaté qu'il était édité par le label Phantom (humour), et surtout qu'il était sorti en 1973, soit avant l'album RCA. Et c'est là que l'histoire prend un tour intéressant : mon disque a en fait été enregistré le 20 septembre 1973 à Amsterdam et il a dû sortir peu de temps après. La légende raconte que Lou Reed a eu connaissance de l'existence de ce disque, qu'il en a été flatté (il n'existait pas tant de pirates de lui à l'époque), et surtout qu'il a apprécié le titre au point de l'utiliser pour son propre album, enregistré trois mois plus tard !
Voilà comment on se retrouve avec deux disques différents du même gars qui portent le même titre et qui, s'agissant d'enregistrements de la même tournée, celle qui a suivi Berlin, ont pas mal de morceaux en commun.
J'ai écouté le Rock 'n' roll animal de New York plusieurs fois il y a très longtemps. J'en avais gardé un assez mauvais souvenir et je n'ai jamais cherché à l'acheter, principalement à cause des arrangements très heavy rock, sans trop d'intérêt pour moi. J'étais surtout resté bloqué sur la longue intro instrumentale qui ouvre l'album avant Sweet Jane, quasiment du hard, et sur le fait que le gros du groupe avait été embauché par Alice Cooper à l'issue de la tournée de Lou Reed.
Je n'ai pas réécouté ce disque depuis la semaine dernière, mais en écoutant de Rock 'n' roll animal d'Amsterdam, pourtant réputé avoir un son médiocre (c'est certes un enregistrement fait dans le public, parfois assez sourd, mais je ne le trouve pas si mauvais), je me suis dit que j'avais sûrement été injuste avec l'autre. Certes, les guitares sont très présentes, mais j'ai découvert qu'il y avait aussi un organiste dans le groupe, Ray Colcord, dont les interventions sont intéressantes. Et puis, les arrangements survitaminés des différents titres proposés conviennent quand même très bien à pas mal d'entre eux (pas d'intro instrumentale pour Sweet Jane, ça aide), notamment les montées de sève dans les veines d'Heroin, Caroline says, Satellite of love et un Vicious aux allures de Louie Louie.

C'est typiquement le genre de découverte qui mériterait un chapitre dans un deuxième volume de Mes disques improbables, et si je dégote des disques de cet acabit tous les dimanches, je finirai vite par avoir suffisamment de matière !

3 commentaires:

Jean-Pierre Moya a dit…

Très très bonne affaire. Ce disque était un classique des ventes de l'Open Market aux Halles au début des années '70. Je n'ai pas vérifié mais je pense qu'il doit s'échanger aujourd'hui pour des sommes rondelettes.

Anonyme a dit…

Veinard ! Mis à part la question du prix, effectivement élevé (je crois me souvenir l'avoir vu une fois aux alentours d'une petite centaine d'€ ) il était bien en vente à l'OpenMarket à l'époque de la sortie du Rn'R Animal officiel. Il avait également été chroniqué dans Rock&Folk, et parmi les commentaires, très élogieux évidemment, de la chose, celui de Nico disant que c'était le plus proche de ce que faisait le VU à sa grande époque parmi tout ce qu'elle avait entendu sur disque du VU et d'un de ses membres, n'oublions pas John Cale! Veinard, je te dis, alors profites en bien!

Charlie Dontsurf a dit…

Il n'est pas chanceux, le Pol, il se lève tôt !
Je n'ai jamais vraiment apprécié Rock 'n' Roll Animal, l'officiel, mais toujours beaucoup plus le Lou Reed Live. Il faut dire que LRL, je l'ai acheté à sa sortie. Pas mon premier disque, mais quand même acheté à une époque où l'acquisition d'un disque était quelque chose, presque une cérémonie : avec peu d'argent, il fallait bien réfléchir avant d'agir. En dehors de ça, je n'ai jamais réellement accroché à la carrière solo de Lou Reed. Même Berlin ne me fait pas l'effet qu'il devrait. Passé un petit choc quand j'ai appris la nouvelle, sa mort me fait moins d'effet que celle de JJ Cale.

LinkWithin

Linkwithin