06 juillet 2019

BARRACUDAS : His last Summer


Acquis à Paris le 13 avril 2019
Réf : Z8 -- Édité par Wipe Out en Angleterre en 1980 -- Demo record - Not for resale
Support : 45 tours 17 cm
Titres : His last Summer -/- Barracuda waver -- Surfers are back !

Après le printemps la semaine dernière, voilà l'été, et on va essayer de faire tout pour que, contrairement au héros de cette chanson, victime d'un "surfer suicide", ce ne soit pas notre toute dernière saison de canicule.
Ce disque fait partie du lot que j'ai acheté à Paris au printemps, dans lequel on trouvait aussi les 45 tours de Radiah et de Thee Stash.
Mon exemplaire est un promo mais, même si je l'avais eu à temps, je ne sais pas si je l'aurais inclus dans Vente interdite car la pochette et la musique gravée dans les sillons sont identiques à l'édition mise en vente. La seule petite différence tient à la mention "Demo record - Not for resale" imprimée sur l'étiquette d'un rond central dont la maquette évoque des labels sixties, comme les singles promos de Chess par exemple. Et du coup, je n'ai pas eu droit à la planche de décalcomanies incluse dans le 45 tours du commerce, dont l'un a un slogan bien vu, "Surf & destroy").
Je ne me suis pas intéressé du tout aux Barracudas au moment de la sortie de leur premier album Drop out with The Barracudas en 1980. Il y avait alors pour moi un côté rétro bien trop marqué qui ne m'attirait pas du tout, symbolisé par le titre d'une de leurs autres chansons, (I wish it could be) 1965 again. Je n'ai pas creusé les choses suffisamment à l'époque pour me rendre compte qu'il y avait de la distance et de l'humour dans leur nostalgie, qui se manifestait par exemple dans leur parti-pris de se présenter comme un groupe de surf music alors qu'ils étaient basés à Londres. 
His last Summer est leur troisième 45 tours, le deuxième extrait de Drop out..., juste après le succès, sur la même thématique, de Summer fun. La pochette est signée Assorted Images, mais elle est créditée à Rikki, pas à Malcolm Garrett. La chanson est dédiée à Jan Berry, de Jan and Dean, et, dès les bruitages en intro, les références (volontaires) se multiplient, à Spector, à Leader of the pack avec la voix parlée, au rock garage avec l'orgue, aux Beach Boys avec les chœurs,... C'est léger, même si les paroles ne le sont pas.
On a droit à deux titres hors album sur la face B (mais l'album américain, sorti en 1982, a intégré Surfers are back à la place de Campus tramp).
Barracuda waver, est un instrumental à guitare qui s'inscrit dans la longue lignée des instrumentaux surf, une valeur sûre. Un de ses cousins éloignés pourrait être The whole world's turning Brouchard ! de Biff, Bang, Pow !.
Surfers are back est sans doute mon titre préféré des trois. Malgré le titre, le son est plus punk que surf (Surf and  destroy !) et le chant et la musique évoquent irrésistiblement le Clash façon I'm so bored with the USA.
Au final, voici un excellent 45 tours de surf rock !
De nos jours, les Barracudas donnent encore régulièrement quelques concerts. Robin Wills partage sa passion pour la musique sur son blog Purepop et Jeremy Gluck produit des œuvres graphiques.


Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin