19 novembre 2017

FOREST FIRE : Survival


Offert par Philippe D. à Paris le 3 juillet 2014
Réf : [CA TAL047] -- Édité par Talitres en France en 2009 -- For promotional use only, not for resale
Support : CD 12 cm
9 titres

Hier, je cherchais quel disque j'allais bien pouvoir chroniquer aujourd'hui. J'ai donc jeté un coup d’œil à la (petite) pile de CD mise de côté dans cette éventualité et l'un de ces disques, collé à un autre par une étiquette de prix, est tombé derrière le meuble. Je me suis contorsionné pour le récupérer et, quand j'ai vu la pochette, ça ne me rappelait rien du tout !
Il s'avère que c'est l'un des très nombreux disques offerts par Philippe D. il y a trois ans. Je l'ai écouté une fois et il m'a suffisamment plu et intrigué pour que je le mette de côté.
C'est un album court (9 titres en moins de 27 minutes), et en le réécoutant hier je l'ai à nouveau fortement apprécié et ça a confirmé mes bonnes impressions de la première écoute.
Forest Fire fait partie de ces groupes qui ont bénéficié du développement d'Internet pour se faire connaître. Ils ont enregistré leur album de façon complètement indépendante, l'ont mis en ligne et ont vendu quelques CD gravés. Repérés par quelques passionnés (La Blogothèque, notamment, en a fait son album de l'année 2008), ils ont ensuite pu éditer l'album plus largement chez eux aux États-Unis, mais aussi en Angleterre et même en France chez l'excellent label bordelais Talitres.
J'ai été accroché dès les premières notes d'I make windows. Pas grand chose de vraiment nouveau là-dedans, on est dans une sorte de folk-rock-Américana qu'on connaît et qu'on aime bien, mais c'est dynamique et accrocheur et ça donne bien la tonalité de l'album, confirmée par le titre suivant, Fortune teller, pas sorti en single mais pour lequel une vidéo a été tournée.
A force d'être courtes, certaines chansons donnent l'impression d'être coupées ou pas finies, comme Through my gloves, qui sonne un peu Calexico et Promise, qui démarre comme du blues joué à la façon du Velvet Underground, mais qui s'interrompt brusquement après 1'42 plutôt que de s'étaler sur dix minutes.
Et ça continue comme ça jusqu'au bout, avec notamment un enchaînement final de trois titres imparables.
Une belle découverte, donc, à l'image de The Shaky Hands, un autre groupe découvert grâce aux disques de Philippe, qui compte un musicien (Nathan Delffs) en commun avec Forest Fire.
Le groupe a sorti deux autres albums, Staring at the X en 2011 et Screens en 2013, mais je pense qu'il est maintenant séparé.

L'album est toujours disponible chez Talitres, en téléchargement et même en CD à moins de 5 €.






La vidéo de Fortune teller, suivie de deux versions très différentes l'une de l'autre, de 2010 et 2008.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin