11 novembre 2017

POSITIVE BLACK SOUL : Positive Black Soul


Acquis probablement avec un magazine professionnel en 1995
Réf : 4427 -- Édité par Island / Mango en France en 1995 -- Not for sale
Support : CD 12 cm
Titres : Je ne sais pas -- Boul falé -- Def lo xam -- Ataya

Je ne savais plus trop comment j'avais récupéré de CD promo du groupe de hip hop sénégalais Positive Black Soul. C'est la trace de l'arrachage d'un ruban adhésif au verso de la pochette qui a ravivé mes souvenirs : je pense que ce disque était fixé sur une page de pub d'un magazine professionnel, probablement Le Bulletin des Rotations, pub qui annonçait la sortie du premier album du groupe, Salaam.
Une dizaine d'années après avoir tenté de faire de King Sunny Adé une star internationale à l'échelle de Bob Marley, Island avait sûrement décidé de promouvoir d'autres artistes africains et avait misé sur Positive Black Soul. Le disque a eu un bon écho, mais ça ne s'est malheureusement pas traduit par un succès à l'échelle mondiale.
Ça fait bien longtemps que je n'avais pas réécouté ce disque, mais mon opinion à son sujet n'a pas changé : on a là quatre titres d'excellente tenue, dans une veine entre la face la moins sombre d'IAM et MC Solaar, qui les a beaucoup soutenus et qui a enregistré avec eux.
Positive Black Soul associe deux excellents vocalistes, mélange les langues (wolof et français, principalement, plus un peu d'anglais) et a pour particularité d'incorporer à son hip hop des éléments de musique africaine.
Comme ils me plaisent tous, j'ai un peu de mal à choisir parmi les quatre titres. J'ai peut-être une préférence pour la première Je ne sais pas et la dernière, Ataya (le thé sénégalais), que j'enchaînerais bien dans une compilation avec Donne-moi le micro. Mais Def lo xam, avec ses instruments traditionnels, et le single Boul falé sont aussi très bien.

Les quatre titres de ce disque se trouvent sur Salaam, un CD qu'on trouve d'occasion pour moins de 1 €, et sur lequel il y a un bon nombre d'autres perles (Le bourreau est noir, Djoko, Bon à rien...).


Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin