01 novembre 2017

MEXICO : FIESTAS OF CHIAPAS AND OAXACA


Acquis chez Oxfam à Charleroi le 16 août 2017
Réf : H-72070 -- Édité par Nonesuch aux États-Unis en 1976
Support : 33 tours 30 cm
14 titres

L'an dernier, lors d'une virée à Charleroi et Namur, j'avais trouvé à l'Oxfam de Marcinelle plein de disques aussi variés qu'intéressants, comme le 78 tours des Sœurs Étienne, les reprises à l'accordéon de tubes d'Elvis par Oscar Denayer ou Opel Far East trip, l'album-support d'un jeu concours pour les concessionnaires de la marque en Belgique.
En y retournant cette année, j'espérais récidiver, mais ce genre de petit miracle se répète rarement dans la vie. En tout cas, il est difficile de les provoquer.
Cet été, je n'y ai donc trouvé qu'une petite poignée de disques, mais parmi eux, pour 30 centimes, il y avait cet album qui s'est révélé très réjouissant d'enregistrements de terrain au Mexique dans les années 1970.
Ces enregistrements ont été faits par un anglais, David Lewiston, qui est mort en mai cette année, à 88 ans.
Musicien de formation, établi à New York, il était devenu journaliste financier pour vivre. En 1966, il a pris un congé sabbatique, a voyagé à Bali d'où il est revenu avec des bandes publiées sous la forme de l'album Music from the morning of the world dans la collection Explorer de Nonesuch. Il n'a plus jamais travaillé dans la finance ensuite et a enregistré de nombreux albums, en Inde, au Maroc, au Japon ou, comme celui-ci, au Mexique. On peut lire chez RootsWorld un entretien avec David Lewiston réalisé fin 2000.
On trouve sur ce disque des musiques de fête du Chiapas et d'Oaxaca, deux états du Sud du Mexique. Pas grand chose à voir avec un autre disque chroniqué ici, où l'on se situait au Nord du pays, à la frontière avec le Texas.
Le premier titre, Son sventa n'ahual San Lorenzo, est joué lors de processions pour la fête de Sainte-Marie de Guadelupe. L'instrument principal est une flûte en roseau, l'amay, avec un emboût, deux trous au-dessus et un en-dessous. La musique est entraînante, avec un accompagnement de percussions, de pétards, plus les cloches de l'église qui sonnent à toute volée et un son bizarre que je n'ai pas réussi à identifier. 
A l'écoute de ce titre, j'ai su tout de suite que j'avais bien fait d'acheter ce disque. Dans l'esprit, ce n'est pas loin des Yuyai jai'pna tapes de Luzmila Carpio.
Ensuite, c'est du classique, avec un orchestre de marimba. Il y en a trois sur la face. Ça me fait penser que j'ai un album d'un groupe appelé Marimba Chiapas. Si vous êtes dans le coin, vous aurez peut-être l'occasion d'en écouter une face entière ce dimanche 5 novembre à la salle des fêtes d'Hautvillers, où j'assurerai l'animation musicale de la Bourse BD-Disques.
J'ai sursauté à l'écoute de Batsí son martomail et
K'in sventa ch'ul me'tik Kwadulupe : les voix et l'ambiance m'ont fait penser à un disque que j'aime beaucoup mais qui n'a rien à voir, Light green leaves de Little Wings.
Sur cette face, on trouve aussi un instrumental à la guitare, Son sventa ch'ul na, et elle se termine en beauté avec
Son Sventa Cajvaltic, qui est comme la suite du premier titre.
La face B est d'une aussi bonne tenue, avec des cuivres, du violn et encore de la flûte de la guitare. Une fois de plus, je suis bien content de voyager en musique !

Une réédition en CD de cet album est disponible, toujours chez Nonesuch.
L'album est intégralement en écoute sur YouTube.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin