09 décembre 2012

JAMES : Come home


Acquis probablement dans un dépôt-vente en France ou en Belgique dans les années 2000
Réf : 875 837-2-- Edité par Fontana en Europe en 1990
Support : CD 12 cm
Titres : Come home (Flood mix) -- Come home (Extended Flood mix) -- Fire away -- Gold mother (Remixed by Warp)

Quand la première version de Come home est sortie chez Rough Trade en novembre 1989, James avait déjà enregistré l'album entier qui allait suivre, Gold mother. Le groupe souhaitait plus de promotion pour lancer ce disque, mais Geoff Travis, le patron de Rough Trade, qui pour une fois s'est planté, pensait que le groupe n'avait pas le potentiel d'intéresser plus qu'un public de niche. James a alors obtenu de casser son contrat, a signé chez Fontana, qui a racheté l'album. On peut faire un petit parallèle avec un autre excellent groupe, ancien de chez Rough Trade,  qui était à l'époque aussi signé chez Fontana. Il s'agit de Pere Ubu, qui a sorti plusieurs de ses meilleurs disques à cette époque. L'autre point commun entre les deux groupes, c'est Andy Diagram, alors chez James, qui est devenu par la suite l'un des 2 Pale Boys de David Thomas.
Gold mother est sorti en juin 1990, précédé par How was it for you ?, qu'une grosse campagne de pub a contribué à placer (de justesse) dans le classement des 40 meilleures ventes.
Si l'album s'ouvrait avec la version originale de Come home (celle du maxi Rough Trade), la réédition de Come home qui est sortie en single ce même mois est une version remixée par Flood.
A l'époque, je n'ai pas acheté cette version Flood, mais le maxi vinyl en édition limitée (pochette verte) qui contenait un autre remix, par Andrew Weatherall. C'était peu de temps après Loaded et, comme beaucoup, je courais après les productions de Weatherall. J'en suis vite revenu et j'ai notamment revendu, sans trop de regret, mon exemplaire du Soon de My Bloody Valentine.
Entre-temps, je me suis procuré le 45 tours en pressage français de la version Flood (pochette mauve), un exemplaire promo qui a fait un temps partie de la discothèque d'Europe 1, et ce maxi, que j'ai choisi de vous présenter aujourd'hui car il contient les titres les plus intéressants du lot.
On a deux versions du remix de Flood, la normale et l'allongée. Leur principale qualité est de ne pas trop défigurer la chanson originale, mais elles ne lui apportent strictement rien. Difficile de jouer au jeu des différences, mais j'ai l'impression que le travail de Flood a surtout consisté à éliminer les aspérités, à émousser les pointes, notamment les saccades de guitare et les lignes de basse, pour faire un produit plus lisse. Ça a (relativement) fonctionné puisque le single est monté à la 32e place des ventes, mais franchement, la version originale aurait pu faire aussi bien. Cette version originale est d'ailleurs devenue relativement difficile à se procurer puisque, en 1991, après le succès des deux singles suivants (Lose control et une nouvelle version de Sit down), Fontana a décidé de rééditer Gold mother, mais ces imébéciles, au lieu de se contenter d'ajouter ces deux titres en bonus, en ont enlevé deux et aussi, c'est le sujet du jour, ils ont remplacé la version originale de Come home par le Flood mix !
On a ici une face B, Fire away, qui est tout à fait correcte, mais qui n'est pas tout à fait au niveau des faces B du maxi Rough Trade. En, fait, le titre le plus intéressant du lot, c'est un autre remix, qu'on trouvait aussi sur le maxi vert, du morceau-titre de l'album, Gold mother. Il est remixé par Warp, sans plus de précisions, mais on peut penser qu'il est à ceux qui venaient de fonder Warp Records à Sheffield. J'aime bien la version de l'album. Celle-ci a pas mal été retravaillée par Warp, d'une façon qui me plaît beaucoup : le chant et les choeurs (par les Inspiral Carpets) ont été conservés, mais par contre la base instrumentale (y compris un gros travail d'Andy Diagram) a été remplacée par une électronique légère, dans un style proche de Mantronix ou Kraftwerk.
Cette version conserve une saveur particulière pour moi, et pour les anciens auditeurs de l'émission Vivonzeureux! sur La Radio Primitive, puisque que, pendant plusieurs années à partir de la rentrée de 1991, j'avais collé la partie instrumentale de ce remix à la fin de mon générique, et j'annonçais donc chaque semaine le programme de l'émission avec en fond sonore les zigouigouis synthétiques de Gold mother revisité par Warp.
Par contre, j'ai déjà eu l'occasion de le dire, mais le concert auquel j'ai assisté aux Transmusicales de Rennes le 7 décembre 1991 ne m'a pas laissé un grand souvenir. Les conditions n'étaient pas bonnes de toutes façons (festival, salle de sports pleine à craquer), sans parler de la programmation qui a fait qu'ils ont joué après Nirvana, au plus fort de la folie Smells like teen spirit.


Autant le groupe était sympathique sur la vidéo de la version originale, autant là ils ont l'air ridicule avec leurs instruments sous le soleil de l'Espagne...

1 commentaire:

Pol Dodu a dit…

Purée, heureusement que Charlie n'était pas dans le coin pour relever pareille omission !
Je parle de Pere Ubu à propos de "Come home" de James et de Fontana, mais j'oublie complètement de signaler au passage que Pere Ubu a justement sorti chez Fontana en 1993 (sur "Story of my life) une chanson qui s'appelle aussi "Come home" !
Rien à voir avec celle de James, certes, mais quand même...
Il y a notamment eu une autre version de "Come home" par David Thomas and Two Pale Boys (dont Andy Diagram), en 2001 sur "Surf's up"...

LinkWithin

Linkwithin