02 juin 2012

HERMAN'S HERMITS : The London look


Offert par Philippe R. à Nantes le 27 mai 2012
Réf : SLE-15 -- Edité par Yardley en France en 1968 -- Promotion record not for sale
Support : 45 tours 17 cm
Titres : No milk today -- There's a kind of hush -/- Mrs. Brown you've got a lovely daughter -- London look

Voilà un très bel objet publicitaire que Philippe m'a offert la semaine dernière, un EP 4 titres (versions mono) édité par la boite anglaise de produits de maquillage Yardley. Ce disque, probablement offert aux clients de la marque, a été fabriqué en France, où il ne doit pas être excessivement rare puisque Philippe en avait déjà un exemplaire. Il en existe au moins un pressage anglais et un italien. Ce qui est très surprenant, c'est que personne n'a pris la peine de traduire le texte de présentation des Herman's Hermits au dos de la pochette, que l'immense majorité des consommateurs français ne devait pas comprendre dans le détail.
En tout cas, c'est bien le marché français qui était visé puisque, après avoir sorti le disque de sa pochette une bonne dizaine de fois en quelques jours, j'ai fini par trouver à l'intérieur une petite carte de publicité pour la version de London look sortie dans le commerce en 45 tours 2 titres (ce disque est sorti en France, avec une pochette différente, et aussi en Belgique, avec une pochette proche de celle de cet EP).




Le disque lui-même est presque un mini-Best of de Herman's Hermits. Il s'ouvre, naturellement, avec No milk today, la chanson de 1966 avec laquelle le groupe est éternellement associé. Sauf que, j'ai été très surpris de l'apprendre en préparant ce billet, l'équation HH=NMT est valable en France, et sûrement dans d'autres pays du monde, mais pas dans leur Angleterre natale, où ce titre est loin d'être leur plus gros succès, ni aux Etats-Unis, où il est d'abord sorti en face B d'une reprise du Dandy des Kinks.
Fort heureusement, c'est bien la version originale de ce classique pop qu'on entend ici, pas une version spécialement enregistrée pour la pub, du genre "Plus de lait aujourd'hui pour me démaquiller, faut que je fonce en Harley avec mon amoureux chez Yardley". Les paroles originales sont très réussies, une vignette typique de la société anglaise des années 1960 pour évoquer la fin d'une histoire d'amour. Apparemment, on a beaucoup associé cette chanson aux Beatles à l'époque, mais la référence aux Kinks de Waterloo sunset ou Sunny afternoon me parait tout autant sinon plus pertinente. Il y a eu plusieurs adaptations françaises de cette chanson, la plus intéressante étant probablement la plus franchouillarde et la plus avinée, j'ai nommé Du beaujolais (Pour oublier la nuit où est partie Marie…), sortie par Les Garçons Bouchers en 1989.
Cette chanson a été écrite par Graham Gouldman, dont l'importance dans l'histoire de la pop anglaise ne saurait se limiter à son statut de membre fondateur de 10 CC. Les arrangements sont de John Paul Jones, dont l'importance dans l'histoire de la pop anglaise ne saurait se limiter à son statut de bassiste de Led Zeppelin !
Les deux titres suivants sont extraits de la bande originale du film Mrs. brown you've got a lovely daughter, sorti en 1968, dans lequel le groupe joue. J'aime beaucoup There's a kind of hush, une reprise d'un titre de 1966 du New Vaudeville Band, qui a été un gros succès pour Herman's Hermits en 1967 avant d'être incluse dans la BO du film. La chanson Mrs. Brown you've got a lovely daughter, une reprise d'une chanson créée en 1963 pour la pièce télévisée The lads, a aussi été l'un des plus gros succès de Herman's Hermits, en 1965, mais la version qu'on entend ici est celle réenregistrée en 1968 pour le film.
La chanson London look a aussi été écrite par Graham Gouldman, mais elle est très anodine, surtout comparée aux trois autres du disque.



5 commentaires:

debout a dit…

"Her man, her myth", la biographie d'Elizabeth Taylor mise en scène par les petits maîtres du swingin' London

debout a dit…

mise ne ondes, peut être... ou en ondées puisqu'on est à Londres.

Pol Dodu a dit…

Euh, pour une fois j'ai du mal à vous suivre. "Her man, her myth", j'ai fini par saisir l'homophonie avec Herman's Hermits, mais le rapport avec Elizabeth Taylor m'échappe !

debout a dit…

J'avoue que c'est un peu tordu. Elle s'est mariée huit fois avec sept hommes différents. Le mythe de l'homme idéal ?

Pol Dodu a dit…

Ouch ! Je confirme que, sans plus d'éléments, c'était impossible de faire un lien entre les mariages d'Elizabeth Taylor et le tube de Herman's Hermits "I'm Henry the Eighth, I Am" !!

LinkWithin

Linkwithin