07 avril 2008

THE B-52'S : Planet Claire


Acquis à l'Intermarché de Saint-Martin-sur-le-Pré vers la fin des années 1990
Réf : 551 210-2 -- Edité par Karussell en Allemagne en 1995
Support : CD 12 cm
14 titres

Je m'étais arrêté pour faire quelques courses en rentrant du boulot et, à peine entré dans le supermarché, je tombe sur quelques CDs en promotion, dont cette compilation des B-52's à un prix tellement bas que je n'ai pas pu m'empêcher de l'acheter. J'avais la plupart des titres en vinyl, mais bon, comme je n'avais pas racheté ces disques en CD ça me faisait une bonne excuse.
Le problème avec les B-52's, c'est qu'on a l'impression qu'ils font partie de ces groupes qui ont donné tout leur jus avec leur premier album. Et, contrairement à d'autres, commes les Young Marble Giants ou Basement 5, ils ne se sont pas arrêtés là. Non pas qu'ils n'aient jamais ressorti de bons disques par la suite, simplement ils se sont imposés dès le premier album avec un style particulier et très reconnaissable, associant des éléments musicaux rétros et parodiques aux prestations vocales si particulières de Fred Schneider et Kate Pierson, et par la suite ils n'ont jamais été capables de faire évoluer ce style : les mêmes gimmicks vocaux et instrumentaux se retrouvent sur tous leurs disques à partir de 1980 et je serais incapable de citer un seul élément qui n'aurait pas déjà été au moins en germe dans le premier album.
Dans ces conditions, avec une idiosyncrasie aussi marquée et n'évoluant pas, il n'est pas étonnant que les B-52's aient très vite donné le sentiment de tomber dans l'auto-parodie, et ce malheureusement dès les premières notes du deuxième album, Wild planet, le titre d'ouverture Party out of bounds sonnant comme un pâle cocktail de Rock lobster mâtiné de Dance this mess around. C'est d'ailleurs dommage que l'entâme de Wild planet soit aussi décevante, car la suite de l'album, à partir du quatrième titre, est bien meilleure et développe quelques qualités propres : bonnes chansons et un son plus rock que le premier album.
Cette compilation des années Island du groupe (jusque 1986) est un disque à prix économique sorti uniquement en Allemagne. Elle tient tout à fait la route par rapport aux trois autres compilations sorties au fil des années, Dance this mess around (1 CD, années Island, très bien), Time Capsule (1 CD, toute la carrière, à déconseiller) et Nude on the moon (2 CD, la plus complète, mais seul le premier CD vaut le coup).
Tel qu'il est, ce disque contient presque toutes mes chansons favorites du groupe. Il fait la part belle au premier album avec six titres, les chefs-d'oeuvre Rock lobster et Planet Claire, plus Lava, Downtown, 6080-842 et 52 girls. On pourrait simplement substituer à cette dernière chanson, sympa mais sans plus, l'indispensable Dance this mess around, qui manque cruellement ici.
Il y a trois titres de Wild planet, le génial Give me back my man, Strobe light et Dirty back road, mais ce dernier titre est vraiment moyen alors qu'il y avait sur cet album un petit bijou, Private Idaho, à rajouter impérativement.
Si on ne devait garder que deux titres du mini-album Mesopotamia, pourquoi s'encombrer de Loveland en plus de Nip it in the bud alors qu'on avait à disposition l'excellent morceau-titre ?
Un seul extrait de Whammy kiss, Song for a future generation, mais c'est un excellent choix et ça m'a permis de redécouvrir ce titre.
Pour Bouncing off the satellites, le choix de Wig est excellent. Rien d'original, mais j'avais assez aimé cette chanson, surtout le solo de guitare/sitar/synthé je ne sais pas, pour en acheter le 45 tours à l'époque de sa sortie. Par contre, Girl from Ipanema goes to Greenland est le seul titre vraiment mauvais du disque et je propose de le remplacer pour finir par le sympatique 53 miles West of Venus de Wild planet.
J'ai pris la peine d'écouter Hot corner, le nouveau single des B-52's qui reviennent avec un album et une tournée après une longue absence. Comme l'exprime parfaitement Mojo dans sa chronique de l'album, on a l'impression d'entendre un groupe sans conviction et sans énergie qui reproduit mécaniquement ses tics musicaux. Dommage, mais j'imagine qu'avec le côté nostalgie ça n'empêchera pas leur tournée de faire le plein. Sans moi, je préfère m'éclater à la maison sur leurs anciens disques.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Parfois il convient de ne pas s'arrêter aux propres avis des autres MOJO SUPERBE Mensuel peut aussi se tromper c'est en fait UNE SUPERBE REUSSITE avec des inovations si si j'insiste et les B52's ont retrouvé le souffle qui leur faisait défaut DANCING NOW ET ULTRAVIOLET sont deux réussites ; il faut regarder les prestations scéniques sur YOU TUBE Pour s'apercevoir que sur scène le groupe est redoutable ; ils ont en partie inventé LA NEW WAVE ET SONT TOUJOURS VERTS à 50 ANS
STEPH

Pol Dodu a dit…

Steph,
J'ai assez de bouteille pour ne pas faire aveuglément confiance aux critiques de disque des journalistes...
Si j'ai fait référence à l'avis de Mojo, c'est bien parce que, après avoir écouté "Hot corner", je me suis trouvé entièrement d'accord avec eux.
Mais si l'album et les concerts te plaisent, tant mieux !

Anonyme a dit…

pour les amateur de souvenir rdv sur
www.angeradio.fr
chaque lundi soir pour dance classic
l'emission de reference sur les annees 70-80-90

LinkWithin

Linkwithin