13 janvier 2018

BIFF BANG POW ! : Love's going out of fashion


Offert par Alan McGee sûrement par correspondance en 1986
Réf : CRE 024 T -- Édité par Creation en Angleterre en 1986
Support : 45 tours 30 cm
Titres : Love's going out of fashion -- Inside the mushroom -/- It happens all the time -- In the afternoon

Mes aventures discographiques avec mes amis de Biff, Bang, Pow ! sont encore plus variées que je le pensais.
Il y a le premier album Pass the paintbrush, honey qui m'est dédié. Il y a le deuxième album The girl who runs the beat hotel, sur lequel on entend ma voix. Il y a le 45 tours Someone stole my wheels, qui m'est crédité (sans que j'ai participé à son enregistrement) et le 45 tours suivant, un instrumental dont le titre, The whole world's turning Brouchard, mentionne mon nom.
C'est déjà beaucoup, et plus que je n'aurais jamais rêvé. Mais l'autre jour, en fouinant sur Discogs, j'ai redécouvert que, avec le maxi 45 tours Love's going out of fashion (et seulement le maxi, pas le 45 tours), j'avais aussi eu l'insigne honneur d'être mentionné dans le message gravé à même le vinyl, entre la fin du sillon et la rondelle. Sur la face A, on peut ainsi lire "JC Brouchard A Hauw Hauw Hauw". La bonne blague !
C'est aussi le premier disque sur lequel le Non Stop Movement de BBP! est domicilié chez moi à Reims. Ça m'a valu au fil des années des échanges et des amitiés avec des fans du monde entier.
Ce message s'explique en partie par le fait que j'étais présent en studio pendant l'enregistrement de ce disque, en tout cas pendant deux jours, les 10 et 11 novembre 1985. Et je ne pense pas qu'il y en ait eu d'autres pour cette session. Le message sur la face B, "Just Give Me 3.500 And That Will Pay For Everything", pourrait très bien faire référence au budget total de ce disque, ou même de plusieurs de Creation à cette époque !
Le studio Alaska, qui a fermé tout récemment, était utilisé par Creation notamment parce que c'était l'un des moins chers de Londres.
Après avoir sorti toute une série de disques uniquement en 45 tours, Creation s'est mis à sortir des maxis parce que, avec un titre en plus et une pochette couleurs, ces disques se vendaient avec une bien meilleure marge. Parmi les premiers sortis par le label (Million tears, Up the hill and down the slope, Cold heart, Crystal crescent), celui-ci fait partie des classiques, et c'est aussi celui de Biff, Bang, Pow ! qui a eu le plus de succès (9 semaines dans les classements des ventes des Indépendants à partir d'avril 1986, avec un sommet à la 6ème place), parce qu'il est excellent, et sûrement aussi parce qu'à cette époque la réputation d'Alan comme patron de label n'interférait pas encore trop avec celle de son groupe.
La photo de pochette, à la Factory, plein cadre sans aucune mention d'artiste ni de titre au recto, tranche avec le style habituel des pochettes du label.
La photo d'Yvonne, alors l'épouse d'Alan, a dû être prise par Luke Hayes, de Chromatone Design et de Revolving Paint Dream. Sur la pochette du 45 tours, c'est une autre photo, en monochrome, et on voit que c'est un livre d'art qu'Yvonne compulse. La tulipe fanée fait peut-être référence à l'amour qui passe de mode du titre principal.



La session de novembre 1985 était prévue pour un album, 16 velvet Fridays, qui n'a jamais vu le jour. Tous les titres ont fini par être publiés, il me semble, à une seule exception, et ce n'est sûrement pas un hasard, I need optimism, une chanson pour laquelle Yvonne, une de ses copines et moi-même avions enregistré des chœurs, largement entrecoupés de fou-rires. 
Sur ce disque, je pense que les musiciens présents sont Alan, Dick Green, Dave Evans, Ken Popple, ainsi que Joe Foster à l'harmonica et à la guitare. Je n'ai pas le souvenir qu'Andrew Innes et Christine Wanless aient participé à cette session, même si j'ai l'impression que j'entends la voix d'Andrew dans les chœurs.
Dans ma chronique de The girl who runs the beat hotel, j'avais essayé de faire le point des titres enregistrés lors de cette session. Love's going out of fashion était sans conteste l'un des meilleurs du lot. Il s'est retrouvé en face A de ce single, puis plus tard sur l'album.
Je m'attendais à ce que la production cheap ait mal vieilli, mais ce n'est pas le cas. Au contraire, je me rends mieux compte aujourd'hui que l'instrumentation sur cette chanson est plus travaillée que sur les autres chansons du groupe, avec les guitare (dont une 12 cordes, je pense) qui se mêlent et qui se répondent avec l'harmonica de Joe. Surtout, il y a une dynamique très forte et très particulière dans le rythme de cette chanson, entre le chant d'Alan et la musique. Les paroles sont très bien, et assez originales pour une chanson d'amour, de "It's just emotion, is it love or simply just affection ?" à "Is it over or are we just testing each other now ?". Malgré tout ce qui a suivi, ça reste l'une des meilleures chansons publiées par le label.
Inside the mushroom, sans surprise vu le titre, est un titre psychédélique, qui pour le groupe s'inscrit dans une lignée qui comprend A day out with Jeremy Chester et Five minutes in the life of Greenwood Goulding.
Les deux titres de la face B ont des historiques un peu compliqués. Pour It happens all the time, il s'agit de la premère version, de novembre 1985 donc, chantée par Alan. C'est une très belle chanson sur un tempo moyen. Je n'en ai trouvé en ligne qu'une version trafiquée et ralentie. La version de septembre 1986 est chantée par Christine et est parue en 1988 en face B du maxi She paints. Elle a aussi été retravaillée pour le très velvetien Elektra's crying loaded in the basement sur le Mother watch me burn de Revolving Paint Dream.
Il existe aussi trois versions publiées de In the afternoon. Celle-ci, chantée par Alan, est très psychédélique aussi, avec une batterie qui m'évoque un peu Joy Division. Avant ça, il y avait eu la version chantée par Christine,, en face B du Flowers in the sky de Revolving Paint Dream dès 1983. Et aussi, courant 1984, une version chantée par Alan mais créditée à Revolving Paint Dream, en ouverture de la compilation Whaam! All for art and art for all !.
Je n'ai pas tous les jours l'occasion de réécouter les disques de Biff, Bang, Pow ! mais, après plus de trente ans je continue de les apprécier, et je comprends pourquoi j'ai été attiré par tous ces groupes découverts lors des concerts à au Living Room club.

2 commentaires:

debout a dit…

https://www.youtube.com/watch?v=eLLY2TSkoDc

https://www.youtube.com/watch?v=xWyDU-ypI2c

Pol Dodu a dit…

Je ne connaissais pas cette chanson de Matchbox.
Très bien aussi, dans un autre style.

LinkWithin

Linkwithin