07 mai 2016

JOY DIVISION : Love will tear us apart & Komakino



Acquis chez A la Clé de Sol à Châlons-sur-Marne en 1980 + Offert par Gilbert, disquaire chez A la Clé de Sol à Châlons-sur-Marne en 1980
Réf : FAC 23 + FAC 28 -- Édité par Factory en Angleterre en 1980 -- This is a free record -/- This record should not have cost you anything, wherever or however it was obtained (pour Komakino)
Support : 45 tours et 33 tours 17 cm + 33 tours 17 cm
Titres : Love will tear us apart -/- These days -- Love will tear us apart + Komakino -/- Incubation -- [As you said]

Je ne suis plus trop sûr de la séquence d'événements, mais le plus probable est que j'avais vaguement entendu parler de Joy Division avant le suicide de Ian Curtis en mai 1980 et que j'ai acheté Unknown pleasures peu de temps après.
Ce qui est sûr, c'est qu'ensuite j'ai acheté Love will tear us apart et Closer dès que j'ai pu après leur parution pendant l'été 1980, et que j'ai eu de la chance de les trouver, en import mais à prix correct, chez mon disquaire favori du moment, A La Clé De Sol à Châlons, où Gilbert tenait le rayon.
Il n'est resté qu'un temps relativement court à Châlons, avant de co-fonder le disquaire Chorus à Reims, mais nous avons entretenu de bons rapports de client à disquaire. J'achetais des disques, je lui conseillais de se procurer certaines de mes découvertes, et lui en retour savait entretenir ma fidélité en me faisant quelques cadeaux, comme une affiche d'Elvis Costello, une autre pour London calling, et il m'a même refilé un billet pour aller voir The Clash à l'Hippodrome de Paris le 8 mai 1981 ! Alors, bien sûr, quand il a reçu de son importateur un petit lot du disque souple Komakino, diffusé gratuitement par Factory à partir d'avril 1980, il m'en a réservé un exemplaire. Je ne sais pas si c'est le même jour que j'ai acheté Love will tear us apart mais en tout cas, comme le disque souple n'avait aucune pochette, je l'ai glissé dans celle de Love... et il y est toujours resté depuis.
Chez certains groupes New Wave, il y avait une façon de fonctionner proche de celles des grands groupes des années 1960 : on enregistre beaucoup et vite et on ne met pas les singles sur les albums. C'est une des choses qui est appréciable chez Joy Division et New Order (pendant une longue première période). Transmission, Love will tear us apart et Atmosphere sont trois grands 45 tours qui ne sont pas sur les grands albums que sont Unknown pleasures et Closer. Et le même mois de mars 1980, ils enquillent la deuxième session d'enregistrement de Love will tear us apart et celles pour Closer.
Love will tear us apart (L'amour nous déchirera) est devenu un classique, souvent repris. Je crois que je n'avais pas pensé à l'époque que le titre avait été voulu comme l'antithèse de Love will keep us together de Captain & Tennille, même si je connaissais bien ce tube.
C'est une chanson que j'aime beaucoup. J'ai longtemps eu du mal à décider quelle version je préférais, celle de la face A ou celle de la face B, enregistrée quelques semaines plus tôt. Aujourd'hui, je crois que je penche pour la face A. La deuxième est à peine plus rapide il me semble et il lui manque la guitare douze cordes. Le seul reproche que j'ai à faire aux deux versions, c'est le son de synthétiseur qui s'intègre assez mal avec le reste. J'aime bien le synthé mais là, comme aussi parfois sur Closer, il me gêne un peu. J'adore l'écho subliminal de Be my baby qu'il me semble discerner à la toute fin de la face A.
Évidemment, je tentais d'accompagner Ian Curtis au chant. Et avant de faire l'acquisition d'un livret de paroles chez New Rose, je commettais pas mal d'erreurs : par exemple, je chantais "It's my timing that flowed" et "All my feelings exposed".
These days, l'autre face B, est aussi une très bonne chanson que d'autres groupes auraient conservée pour une face A ou un album. Elle est plus rock et rappelle le son que le groupe avait encore peu de temps auparavant quand il s'appelait Warsaw. Il y a en accompagnement tout au long une sorte de boucle au son bizarre (de guitare plutôt que de synthé je crois) et globalement une production excellente de Martin Hannett.
Les trois titres du disque souple ont été rejetés des sessions de Closer.
Komakino, à la guitare presque funky (relativement), est quand même pas mal pour un rejet, avec la basse et la batterie qui font un grand numéro comme d'habitude. Le chant, ça va presque sans dire, est excellent et quant aux paroles, il est difficile de ne pas les interpréter à la lumière de ce qui s'est passé ensuite ("How can I find the right way to control all the conflicts inside, all the problems beside, as the questions are right and the answers don't fit into my way of paying".
Les deux autres titres sont instrumentaux. Incubation est plutôt rock et électrique. J'avais commencé à échafauder une théorie sur les titres en "ion" de Joy Division (Auto-suggestion,Transmission, Isolation, Atrocity exhibition,...) mais ça fait bien longtemps que je l'ai oubliée. Le morceau dont on a su plus tard qu'il s'appelait As you said est une sorte de courte expérimentation à base de boite à rythmes et de synthé, qui nous montre bien que le son de New Order n'est pas sorti de nulle part.
Jusqu'à aujourd'hui, je n'avais jamais prêté attention au message gravé sur le 45 tours principal, "Don't disillusion me / I've only got record shops left". Il me parle pourtant. On pourrait l'actualiser, et ce serait encore plus désespéré : "Ne me faites pas perdre mes dernières illusions, je n'ai même plus de disquaires pour me raccrocher"...
J'ai vu cette semaine pour la première fois la vidéo que le groupe a tournée le 28 avril 1980 dans son ancien studio de répétition :

1 commentaire:

Charlie Dontsurf a dit…

Eh, Mister Dodu, les disquaires sont revenus ! Peut être qu'au fin fond du Grand Est, c'est plus difficile que dans les grandes villes :-).
Love Will Tear Us Apart est une bien belle & grande chanson ; tu as raison.

LinkWithin

Linkwithin