16 août 2015

COMEDIAN HARMONISTS : Les gars de la marine


Offert par Philippe R. à Nantes le 11 août 2015
Réf : EGF 838 -- Edité par La Voix De Son Maître en France en 1965
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Les gars de la marine -- Quand la brise vagabonde -/- Avec les pompiers -- Amusez-vous

Je crois que c'est en me baladant en début d'année parmi les 78 tours numérisés d'archive.org je me suis retrouvé à m'intéresser aux Comedian Harmonists. On en a parlé avec Philippe R., on s'est intéressé à leur histoire et surtout on a écouté quelques-uns de leurs enregistrements, particulièrement leur version vocale de Creole love call de Duke Ellington et leur chanson en français Ali Baba. Quelques semaines plus tard, Philippe trouvait cet EP dans un vide-grenier. Il a eu la gentillesse de me l'offrir et ça me donne l'occasion de présenter en détails ce groupe vocal, qui a un nom anglais mais qui a été formé en Allemagne en 1927. Un groupe qui a eu un énorme succès dans le monde entier, y compris en France à partir de 1930, avec pour preuve le titre principal de ce disque, Les gars de la marine, qui n'est pas une reprise : ils en sont les créateurs !



Pour ce qui est de l'histoire de cette formation qui comptait cinq chanteurs et un pianiste, je ne vais pas paraphraser ce qu'on trouve en ligne : allez-lire leur biographie sur l'excellent site Du Temps des cerises aux Feuilles mortes, complétée par une discographie détaillée. Leur parcours a été jalonné de succès, donc, mais il reste avant tout marqué par le contexte de l'époque, celui de l'émergence du parti nazi et de sa prise de pouvoir en 1933. Le groupe comptait des juifs dans ses membres et leurs familles et parmi ses auteurs et compositeurs. Menacés d'être interdits de chanter, ils ont décidé se séparer après un dernier concert à Münich le 25 mars 1934.
Quelque part, les nazis sont parvenus à leur fin puisque, par la suite et jusqu'en 1939, deux groupes ont succédé aux Comedian Harmonists, l'un établi en Allemagne avec les membres non-juifs, le Meistersextett, l'autre émigré à Vienne avec les trois autres membres, Comedy Harmonists.
Leur histoire est le sujet de deux films, le documentaire de 1977 d'Eberhard Fechner Comedian Harmonists : Sechs Lebenslaüfe et Comedian Harmonists de Joseph Vilsmaier en 1997.

Je ne sais pas trop ce qui a justifié l'édition en 1965 de ce 45 tours qui reprend les titres de deux 78 tours parus en 1931 et 1934. Les quatre titres figurent également sur l'album Ensembles vocaux de la collection Les belles années du Music-Hall de La Voix De Son Maître. Je pense que ça s'inscrit dans une vogue rétro qui a sévi à ce moment.
Pour ma part, je connais surtout Les gars de la marine à cause de la galéjade de Dutronc qui, en 1987, en a enregistré une version avec la Musique des équipages de la flotte de Toulon en se gardant bien de prévenir quiconque que, lors de la publication, la chanson serait rebaptisée Les gars de narine !
Je ne savais donc pas que cette chanson, tout comme Quand la brise vagabonde, a été créée pour un film de 1931, Le capitaine Craddock, dans lequel les Comedian Harmonists jouaient. Il s'agit d'une production franco-allemande, tournée en Allemagne. Comme le procédé permettant le doublage des films par l'ajout d'une piste sonore n'était pas encore développé, le film a été tourné en plusieurs versions, Les Comedian Harmonists ont aussi publié en 78 tours les versions allemandes des deux chansons, Das ist die Liebe der Matrosen et Wenn des Wind weht über das Meer. Avec le seul accompagnement du piano, on retrouve ici ce qui a fait le succès des Comedian Harmonists : un chant harmonisé à plusieurs voix, voix qui imitent également certains instruments et font des bruitages. Parmi leurs nombreux émules, je citerais volontiers en premier Les Frères Jacques.
Vous y avez sûrement pensé, moi aussi : il semble bien que le titre Le Capitaine Craddock ait inspiré Hergé pour nommer son personnage le Capitaine Haddock. Quant au titre allemand du film, Bomben auf Monte-Carlo, il nous permet de faire la transition avec la face B, qui reprend deux titres d'un 78 tours de 1934.
En effet, on trouve sur cette face B une version d'Amusez-vous, une chanson qui est parvenue jusqu'à nous surtout dans sa version par Albert Préjean, très hip-pop optimiste, mais qu'il est difficile d'écouter sans un certain malaise quand on connaît le climat politique de 1934.
Ce que je ne savais pas, c'est que cette chanson avait été créée la même année, par Henry Garat, dans un contexte très différent, pour l'opérette Florestan 1er, Prince de Monaco, écrite par Sacha Guitry, Albert Willemetz et Werner Heymann, qui retrace la vie de Florestan, acteur devenu Prince, et dont l'action se situe au XIXe siècle. Les paroles originales font clairement référence à Monaco :
  • Que ce serait charmant sur terre, un pays où les gens n'viendraient
    Que par plaisir, pour se distraire, où dans ce but tout serait fait.
    Combien ce serait sympathique, un pays où l'on n's'occuperait
    Ni d'affaires ni de politique, où sans arrêt l'on s'reposerait.
    Et vraiment quelle joie souveraine quand on est Prince de Monaco
    De pouvoir dire à tous ceux qui viennent, de Londres ou bien de Chicago :
    Amusez-vous, foutez-vous d'tout, la vie entre nous est si brève.
    Amusez-vous, comme des fous, la vie est si courte, après tout.
La version d'Albert Préjean a gommé toute référence à Monaco...
Le dernier titre, Avec les pompiers, est une version d'une chanson très populaire, enregistrée également, parmi beaucoup d'autres, par Léon Raiter.
Démarrer avec la new wave et aboutir aux Gars de la marine, cela pourrait surprendre, mais le fil des chroniques publiées ici permet de retrouver le chemin tortueux qui a mené de l'un à l'autre !


L'étiquette du 78 tours de 1931.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin