30 juillet 2014

DEERHOOF : Breakup song


Offert par Philippe D. à Paris le 3 juillet 2014
Réf : ATPR47 -- Edité par ATP en Angleterre en 2012 -- For promotional use only
Support : CD 12 cm
11 titres

Sachant que j'ai un goût prononcé pour les disques promo et autres éditions hors commerce, Philippe m'a fait un super cadeau au début du mois : un gros sac plein à ras bord de douzaines de ces disques !
J'ai commencé à me plonger là-dedans et je suis bien sûr très très loin d'en avoir fait le tour. En tout cas, la première grosse découverte que j'ai faite, c'est ce Breakup song, le dernier album en date de Deerhoof. Ce CD-R est un promo de son édition européenne.
J'avais sûrement déjà entendu parler de ce groupe, mais j'ai un gros problème avec les groupes en Deer/Dear : il y en a tellement que j'ai tendance à les confondre ! Loney, Dear, Deer Tick et même The Reindeer Section, ça va maintenant car j'ai des disques, mais The Deer Tracks, Deerhunter ou même The Dear Hunter, ça fait trop pour moi !
J'ai donc écouté cet album, sans aucun a priori sur le groupe ou sa musique. La première impression que ça m'a fait, c'est celle d'un joyeux méli-mélo : rythmes saccadés, basses saturées ou synthétiques tronçonnés, bruitages synthétiques improbables avec par-dessus tout ça la voix d'une chanteuse minimale à l'accent prononcé. Le tout pour onze chansons réjouissantes en pile trente minutes avec des accents new wave / post punk marqués par moments, mais aussi l'impression de rythmes hip hop et de sons easy listening passés au hachoir.
J'étais persuadé d'avoir affaire à un tout jeune groupe bricolant et délirant chez ses parents, à la manière d'un Beck débutant. Côté bricolage et fait maison, je ne me trompais pas, car Deerhoof en est effectivement adepte, mais par contre c'est tout sauf un tout jeune groupe : formés dès 1993, ils ont sorti leur premier album en 1997; celui-ci doit être au moins le douzième et leur discographie est longue comme deux bras car ils multiplient les collaborations et les sorties partagées avec d'autres.
Il ne figure pas sur cette édition promo, mais la pochette officielle de cet album comprend un slogan, "Noise jingles for parties !" qui lui convient parfaitement.
Le groupe a eu la bonne idée de mettre en ligne sur YouTube l'album en entier, accompagné d'images filmées, ça vous laisse la possibilité de vous faire votre propre opinion sur ce disque. Pour ma part, mes titres préférés sont The trouble with candyhands, une sorte de bossa mutante, Fête d'adieu, There's that grin, We do parties et Flower.
Désormais, je ne confondrai plus Deerhoof avec ses congénères. J'essaierai d'explorer leur production passée et, surtout, je serai attentif à leur prochaine sortie d'album, voire à la tournée européenne qui pourrait l'accompagner.




Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin