15 mars 2014

RENE SUDRE & L'ORCHESTRE DE "ÇA GAZE" : Magdalena


Acquis sur le vide-grenier de Damery le 16 juin 2013
Réf : MC 760 -- Edité par Pacific en France en 1947
Support : 78 tours 25 cm
Titres : Magdalena -/- La rumba brésilienne

Je continue à picorer des 78 tours qui me paraissent intéressants quand j'en trouve. Ce qu'il y a de bien avec ce format, c'est que généralement les disques ne sont pas chers. Au-delà d'un euro, c'est exagéré... Là, la dame avait des prix fermes et précis. Les 78 tours, c'était 40 centimes, ni plus ni moins. Je lui en ai pris deux, et quelques 45 tours (c'était peut-être bien le même stand que pour La maison de Toutou).
J'ai choisi ce disque pas tant parce qu'il s'affichait comme de l'accordéon musette, mais parce que les deux titres étaient présentés comme des rumbas. Et puis, l'orchestre de "Ça gaze" (je me doutais bien qu'il s'agissait d'un cabaret parisien), ça en jette !
Je ne connaissais pas du tout René Sudre. Il n'est effectivement pas passé à la postérité dans le grand public, mais il a été un accordéoniste reconnu dans sa courte vie (il est mort en 1969 à 41 ans). Philippe Krümm raconte en détails son parcours sur son blog Accordéon & Accordéonistes dans un article intitulé René Sudre, le virtuose injustement oublié. On trouve aussi des éléments biographiques chez Frémeaux & Associés, qui a inclus sur l'un des volumes de sa série Musette virtuoses Paris 1944-1954 le titre Mazurka, qui a valu à René Sudre de se voir décerner le Grand Prix du Disque en 1947.
1947, c'est également l'année de parution de mon disque, dont l'écoute ne m'a absolument pas déçu.
En face A, on trouve une version instrumentale de Magdalena, l'une des chansons composées par Francis Lopez pour le film Trente et quarante de Gilles Grangier en 1946. Dans le film (10 mn après le début), la chanson est interprétée par Georges Guétary, qui partage la tête d'affiche avec Martine Carol. La version de René Sudre est jouée sur un tempo bien plus rapide. Ce n'est pas évident sur mon enregistrement basse fidélité (ci-dessous), mais on entend bien l'orchestre sur ce titre, notamment la contrebasse. Comme ce n'est évidemment pas mixé, il y a des effets sonores sûrement involontaires : le guitariste a dû s'approcher d'un micro pour jouer sa partie (vers le milieu) et le son fort qui arrive brusquement est surprenant.
La clarinette est présente sur Magdalena, mais sur La rumba brésilienne en face B, elle est un instrument solo de premier plan, au même titre que l'accordéon. Il s'agit d'une composition de Dorival Caymmi, un grand nom de la musique brésilienne. J'ai cherché un peu, mais je n'ai pas réussi à identifier le titre original de cette rumba. L'arrangement est inventif et n'a pas pris une ride.
Avec la saison des vide-greniers qui reprend avec l'arrivée du printemps, j'espère avoir l'occasion de trouver d'aussi belles pièces que celle-ci...

 
René Sudre, Magdalena.

 
René Sudre, La rumba brésilienne.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin