28 décembre 2013

MONSIEUR UNTEL : Vol. 1 : Bureau des affaires animales


Acquis chez Gilda à Paris le 29 novembre 2013
Réf : [sans] -- Edité par Polystyrène TV / La Boite A Musique en France en 2006
Support : CD 12 cm
11 titres

J'ai été bien content de tomber sur ce CD. Ce qui m'intéressait surtout c'est que, si le disque est sorti il a sept ans, il contient plusieurs titres que je connais depuis plus de quinze ans. En effet, après avoir été membre du groupe Ça à Rennes et avoir auto-produit à Paris son premier album (Bien à vous, 1994), Monsieur Untel, Vladimir de son prénom, est revenu un temps se poser dans sa Champagne-Ardenne natale au milieu des années 1990.
Sa sélection pour représenter la région aux Découvertes du Printemps de Bourges en 1996 l'a fixé un temps par chez nous et nous a donné l'occasion de partager certaines de ses aventures et surtout d'assister à bon nombre de ses concerts, comme indiqué dans une brève du fanzine Vivonzeureux! cette année-là. A Bourges, Monsieur Untel, homme de spectacle, ne s'est pas contenté de sa prestation scènique chronométrée d'une demie-heure. Il s'est installé pendant toute la durée du festival avec sa caravane, peinte en violet avec code-barres à l'extérieur, entièrement tapissée de papier aluminium à l'intérieur, et a joué au troubadour camelot. Par la suite, la caravane, entièrement redécorée dans un style léopard, a participé à une action de La Radio Primitive sur le place d'Erlon à Reims. Je ne sais pas ce qu'il est advenu d'elle par la suite...



M. Untel, son oie et sa caravane au Printemps de Bourges en 1996. Photos : Pol Dodu.

En 1999, c'est Je reste club, la collaboration d'Untel avec DJ Gamover, qui ouvrait la compilation CD de Vivonzeureux!, Excusez-moi, je me suis occupé un peu de tout. Un tube en puissance qui aurait mérité une meilleure diffusion. A ce moment-là, Monsieur Untel était déjà reparti pour de nouvelles aventures, à Beyrouth et Paris notamment, et c'est vers cette époque qu'il a fondé sa Polystyrène TV.
Pour ce deuxième album, Vladimir a choisi de rassembler ses compositions animalières, et j'avais été surpris de découvrir, au moment de la sortie du disque, qui avait été chroniqué dans Libération, que j'en connaissais déjà plusieurs, même si je ne m'étais jusque là jamais fait la remarque que beaucoup d'animaux peuplent ses chansons.
On trouve ainsi une nouvelle version de La petite panthère (Hommage à Mélody), une des chansons de Bien à vous, qui a conservé son sous-titre mais qui est proposée ici dans un style moins Mélody Nelsonien. Il y a aussi et surtout deux des chansons qui étaient parmi mes préférées et souvent le clou de ses concerts vers 1996, Les insectes et L'éléphant. Il n'y a pas tant de chansons sur les éléphants, ce qui fait que j'ai toujours associé celle d'Untel à Jazz Butcher, même s'il l'a écrite sans connaître ni La mer ni Water.
Par ce froid, je n'ai pas le courage d'aller au grenier fouiller dans ma malle à cassettes, mais je pense que j'aurais toutes les chances d'y trouver dans les démos d'Untel des versions de l'excellent L'homme moderne (avec son chien) et de Ma poule slalome (dans le salon).
L'album dans son ensemble navigue entre chanson (Le petit âne gris, tout gris, Les loups sont dans la ville) et pop légèrement électro-funky, notamment sur A la ferme, une chanson gentiment cruelle qui est une de mes préférées parmi les "nouvelles" de ce disque.
Après avoir emmené une oie à Bourges et fait campagne pour les municipales à Paris contre Jean Tiberi avec la kangourou Skippy, Monsieur Untel continue ses aventures et présentait encore récemment à Paris son nouvel ultrashow.

Vol. 1 : Bureau des affaires animales est en écoute et en téléchargement libre chez Jamendo (et ci-dessous, du coup).



Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin