04 septembre 2011

THE B-52'S : Give me back my man


Acquis probablement à Châlons-sur-Marne dans la première moitié des années 1980
Réf : 6010 236 -- Edité par Island en France en 1980
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Give me back my man -/- Give me back my man (Version instrumentale)

Dans mon souvenir, il s'était passé un temps assez long entre la sortie du premier album des B-52's et celle du deuxième, Wild planet. En fait non, puisqu'il s'est écoulé à peine plus d'un an entre les deux. L'effet de comparaison a été renforcé par le choix de donner au deuxième une pochette qui est le pendant, en rouge, du premier album "jaune".
Ce n'est jamais facile de donner une suite à un disque aussi réussi que The B-52's. On s'était éclatés en boum sur Rock lobster, Planet Claire, Dance this mess around, DowntownLava et 52 girls et ce qui est certain, c'est que Wild planet est nettement moins flamboyant que son prédécesseur. Au contraire, c'est un album solide et de bonne tenue, ce qui est déjà pas mal, mais du coup il nous a déçu à sa sortie. Question d'argent et d'envie, après l'avoir écouté chez un copain je ne l'ai pas acheté. Ce n'est que l'année suivante avec le mini-album Party mix !, qui contenait trois titres de Wild planet remixés, que j'ai vraiment découvert les deux perles de cet album que sont Private Idaho et Give me back my man, toutes deux éditées en single d'ailleurs.
Justement, ce 45 tours de Give me back my man, je l'ai acheté encore quelques années plus tard, surtout parce qu'il était soldé pas cher, avec une pochette assez réussie.
Il y a aussi une face B qu'on ne trouve pas ailleurs. Certes, ce n'est "que" une version instrumentale de la face A, mais elle a le mérite de mettre en valeur les atouts musicaux de ce titre : une basse implacable, tellement soutenue, insistante et rapide qu'elle ne peut qu'être électronique (pas exactement du séquenceur, je crois, mais un clavier basse), une guitare surf entêtante, des bruitages électroniques par-ci par-là et une petite mélodie au glockenspiel (sûrement synthétique).
Mais cette chanson ne prend tout son sens que lorsqu'elle est chantée par Cindy Wilson. Une performance impressionnante : la voix se fait vraiment suppliante et on veut bien la croire quand elle promet de tout donner, ou de se jeter à l'eau, si on ne lui rend pas son homme. Avec Give me back my man, les B-52's ne sont ni kitsch ni drôles, juste excellents...

3 commentaires:

debout a dit…

vous avez raison, une face B, instrumentale, néanmoins excellente ; dommage que le 45 tours n'existe plus qu'à la marge ou, lorsqu'il existe, se veuille oeuvre en soi et seulement ça !

debout a dit…

et j'ajouterai que la pochette du 45 est franchement classe !

Rue fromentin a dit…

Ce titre est fantastique, le réécouter est très troublant. Grande chanson. Bravo pour avoir parlé de Ramsay Midwood sur votre blog, l'une de mes obessions.

LinkWithin

Linkwithin