16 octobre 2020

EELS : Cancer for the cure


Acquis chez Age Concern à Douvres le 10 mars 2016
Réf : DRMCD-22373 -- Édité par Dreamworks en Angleterre en 1998 Support : CD 12 cm
Titres : Cancer for the cure -- Everything's gonna be cool this Chrismas -- Exodus part III

Comme quoi tout est question de contexte... Quand ce disque est sorti en 1998 et quand je l'ai acheté en 2016, la seule chose que l'illustration de pochette m'évoquait, c'est ces japonais qui portent souvent des masques dans l'espace public, notamment les transports. Évidemment, quand j'ai redécouvert cette pochette en sortant le disque de mon étagère il y a quelques jours, ça m'a évoqué des choses bien plus proches et en plein dans l'actualité !
Mais ce n'est pas pour sa pochette que j'ai ressorti ce disque. C'est tout simplement parce que j'ai acheté récemment l'album Electro-shock blues en CD à 50 centimes et que, en l'écoutant, j'ai particulièrement apprécié Cancer for the cure. Une bonne raison pour aller repêcher ce single d'Eels.

L'introduction de Cancer for the cure est joyeusement bruitiste. Comme il est question de maladie et de guérison, elle me fait immanquablement penser à A chance to cut is a chance to cure, un album de Matmos que je ne connais pas, mais dont je sais que la matière sonore de base est issue d'enregistrements réalisés lors d'opérations ou d'examens médicaux !
En tout cas, la chanson fonctionne très bien, et sa vidéo est même rigolote. Comme Novocaine for the soul, elle me fait penser à Beck (le producteur Mickey P. a par ailleurs remixé plusieurs titres de Beck).
Les paroles sont plus humoristiques que noires, même si la mort, le suicide et l'héroïne sont évoqués. Il y a aussi des références à Frank Sinatra et Courtney Love. La seule façon dont j'arrive à comprendre le titre, c'est qu'il y a une inversion de termes et qu'on s'attendrait plutôt à entendre l'expression "the cure for cancer"...

Les deux faces B sont intéressantes.
Everything's gonna be cool this Chrismas est paru à l'origine sur la compilation cassette Christmastime in the LBC. On n'y trouvait que des inédits, dont le Little drum machine boy de Beck, lui aussi publié ailleurs par la suite. C'est une chanson pop et punky très bien fichue.

Le troisième titre Exodus part III est crédité au batteur Butch Norton, pourtant on n'y entend pas du tout de percussions. C'est un enregistrement en public, peut-être au moment d'un rappel, et c'est en fait un solo de sifflement, produit à l'aide ou non d'un instrument. Anecdotique mais sympathique et parfaitement à sa place sur une face B.

Il n'y a pas que la pochette de ce disque qui est d'actualité pour Eels, puisque le groupe annonce pour le 30 octobre la sortie d'un nouvel album, Earth to Dora.




Eels, Cancer for the cure, en direct dans l'émission Later with Jools Holland fin 1998.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin