10 juin 2018

DAVID ROCHLINE : La règle du jeu


Acquis sur le vide-grenier de Flavigny le 20 mai 2018
Réf : CBS 1750 -- Édité par CBS en France en 1973
Support : 45 tours 17 cm
Titres : La règle du jeu -/- Danseur étoile

En début d'année, j'ai lu le livre Bashung : Vertige de la vie de Pierre Mikaïloff. Je l'avais encore en tête quand je suis tombé à Flavigny sur ce 45 tours à 50 centimes dont les deux faces sont composées par Alain Bashung. Sur le coup, j'ai cru que c'était le 45 tours de Bashung sorti sous pseudonyme dont il est question dans le livre. Ce n'était pas loin car le prénom est le même, mais le pseudo c'était David Bergen et le 45 tours Je ne croirai plus jamais est sorti un peu plus tard, en 1975, avec une pochette où on le reconnaît bien.
Non, outre les disques sous son nom d'avant 1977, dont je pense pouvoir avancer qu'ils sont tous uniformément mauvais, Bashung a multiplié les collaborations de 1966 à 1978, et ce disque en est un exemple.
Entre 1972 et 1974, il a notamment collaboré à trois albums de Dick Rivers, The rock machine, Rockin' along... the River's country side et Rock & roll Star, et les deux ont même enregistré ensemble, en chantant à tour de rôle, un double album de reprises de classiques du rock and roll, attribué au Rock Band Revival. Ce disque a été édité sous de multiples formes et j'ai dû le voir des centaines de fois en brocante ou en Emmaüs. Je me demande si je ne l'ai pas eu à une époque avant de m'en débarrasser.
En tout cas, selon Pierre Mikaïloff, c'est Dick Rivers qui a "découvert" David Rochline, qui avait illustré certaines de ses pochettes, et qui a demandé à Bashung de lui écrire des mélodies sur des textes d'Henri Steimen.
Rochline, qui est mort en 2015, était un artiste pluridisciplinaire, pas spécialement un chanteur, mais il avait une voix. Petit détail intéressant pour moi, Jean-Michel Ribes indique dans l'hommage qu'il lui a rendu dans Télérama qu'il a joué en 1978 dans sa pièce Jacky Paradis, dont la musique originale était de Lewis Furey !
Autant les disques de Bashung sortis sous son nom passaient à l'époque complètement inaperçus, autant ce 45 tours de David Rochline a eu semble-t-il un certain succès sur les radios, qui a même entraîné la publication en 1974 d'un deuxième disque, également composé par Bashung.
Pour ma part, le seul intérêt de ce disque réside dans la musique de La règle du jeu, mais ce n'est pas pour autant à porter au crédit du compositeur Bashung, au contraire, car, dites-le moi si je délire mais, peut-être emporté par l'habitude de faire des reprises, il a utilisé pour cette chanson les principales accroches de Baba o'Riley des Who (le riff souligné de synthé), au point que ça pourrait quasiment en être une adaptation en français !
Dans un style de variété-rock de qualité, un peu à la Balavoine, la face B, Danseur étoile, qui serait un hommage à Rudolph Noureev, est dans la même veine un peu glam que la face A, qui a d'ailleurs été incluse sur la compilation sûrement un peu pirate Glam ou rien. C'était dans l'air du temps il faut dire et, toujours selon Mikaïloff, pendant les deux semaines (quand même) qu'aurait duré l'enregistrement de ce 45 tours au Château d'Hérouville, ses protagonistes y auraient croisé David Bowie, qui enregistrait son album Pin ups, qui contenait deux reprises dûment créditées des Who.
Au moment d'écrire les paroles de l'album qui allait devenir Play blessures, Bashung a fait appel à Henri Steimen, mais il n'a finalement utilisé aucun de ses textes et a décidé de se tourner vers Gainsbourg.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin