13 avril 2013

HENRI SALVADOR : Kissinger - Le Duc Tho



Acquis chez Emmaüs à Tours-sur-Marne le 6 avril 2013
Acquis chez Royer à Epernay le 4 septembre 2012
Réf : RI 10 084 -- Edité par Rigolo en France en 1973
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Kissinger - Le Duc Tho -/- Un chagrin d'amour

Samedi dernier chez Emmaüs, j'ai hésité un bon moment avant de prendre ce disque car je ne savais plus si je l'avais déjà. La couleur rouge me disait quelque chose (c'est à peu près la même que pour les 45 tours Petit lapin et Pauvre Jésus-Christ sortis à la même époque) et le titre Kissinger - Le Duc Tho éveillait aussi des souvenirs. Finalement, je l'ai pris, à tort en partie car il se trouve que j'avais effectivement acheté ce disque il y a à peine plus de six mois, avec une pile d'autres lors d'un déstockage peut-être ultime de vinyls chez Royer (là où j'ai trouvé le Neon lights de Kraftwerk), mais à raison quand même car l'exemplaire que j'avais est une deuxième version du disque, ou du tout du moins de sa pochette, avec le verso qui est passé devant, remaquetté au passage avec une photo retournée et agrandie, le disque gardant les mêmes étiquettes, et donc théoriquement les mêmes faces 1 et 2, mais les premiers retours avaient dû laisser penser qu'Un chagrin d'amour avait plus de potentiel commercial. De toute façon, je ne regrette pas ce deuxième achat car il m'a donné l'occasion de réécouter plus attentivement ce disque et d'en voir l'intérêt.
Il est clair en tout cas qu'en ce début des années 1970 Henri Salvador puisait une partie de son inspiration dans l'actualité. Après le scandale de la garantie foncière, c'est aux accords de paix de Paris qu'il s'est intéressé, et là on a une fois de plus la preuve que la discophilie est un bon moyen de développer sa culture générale, puisque cette chanson, Kissinger - Le Duc Tho, m'a donné l'occasion de me pencher sur la chronologie de la fin de la guerre du Vietnam, sur laquelle j'étais à peu près ignare. Les longues négociations de 1968 à 1973, la signature des accords il y a tout juste quarante ans, le retrait des troupes américaines, l'attribution controversée du prix Nobel de la Paix à Henry Kissinger et Le Duc Tho, prix refusé par ce dernier, la poursuite de la guerre jusqu'à la chute de Saïgon en 1975... J'en sais désormais un peu plus.
Henri Salvador est l'auteur des paroles de cette chanson, encore un des exemples, et ils sont multiples, qui contredit la promo de l'album posthume Tant de temps, qui affirmait présenter la seule chanson dont il ait signé texte et musique. Certes, les paroles ici ne sont pas du Dylan, et le seul commentaire que Salvador fait sur le Vietnam, c'est de mettre en scène, pour faire rire, le dialogue de sourds entre le représentant américain lors des négociations et son homologue nord-vietnamien. Il y a plus drôle, y compris chez Salvador, mais ce n'est pas là que réside l'intérêt du disque. Cet intérêt, je l'ai trouvé dans la musique et la technique de production, toutes les deux entièrement dues à Henri Salvador lui-même qui, depuis 1969, travaillait seul à l'élaboration, à l'enregistrement et au mixage de ses disques.
Ici, on a droit en intro à des effets sonores de sirènes et de bombardiers, puis une boite à rythmes fournit un léger rythme tribal à la Liquid Liquid et les noms des deux protagonistes sont psalmodiés pendant tout le morceau. Ensuite, Salvador fait son numéro, en yaourt, en français et en anglais, de façon presque sérieuse, hormis la saillie "Que les signatures soient respectées et qu'on nous libère de ce sac de nœuds !". C'est Salvador qui fait toutes les voix, il n'a pas utilisé d'enregistrement des voix réelles de Kissinger et Le Duc Tho, mais si ça avait été le cas, la conclusion aurait été limpide : on aurait pu affirmer que Salvador avait produit ici un titre proto-hip hop, contemporain des travaux des Last Poets ou de Gil Scott-Heron, avec dix à quinze ans d'avance sur des maîtres de l'échantillonnage et du collage sonore tels que Double Dee & Steinski (It's up to you) ou Dee Nasty (Etat d'urgence). Quand j'ai mis ce disque sur la platine, je ne m'attendais absolument pas à ce que ce genre de réflexion me vienne à l'esprit !
En face B, Un chagrin d'amour est une ballade sur un rythme de bossa pratiqué par Salvador depuis les années 1940, mais là encore la production lui donne une tonalité particulière : voix doublées, boite à rythmes, orgue... on est plus près de Shuggie Otis que de Tom Jobim !
Comme pour le précédent 45 tours d'Henri Salvador chroniqué ici, il semble bien qu'aucune des deux faces de ce disque d'un chanteur (très) populaire n'est actuellement disponible dans le commerce...

Kissinger - Le Duc Tho est en écoute chez Bide & Musique.
Un chagrin d'amour est en écoute sur Youtube.

 
La pochette retravaillée pour un deuxième tirage...

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Je remarque que la pochette est une mise en situation de la chanson et ça me fait penser que c'était svt le cas pour les disques de HS,il maitrisait son truc. Finalement il avait tout (talents de compositeur, d'interprète, de musicien et d'homme d'affaire)) pour être vraiment une pierre d'angle de la chanson française mais sûrement qu'il s'en foutait et préférait la monnaie et les conquêtes. Du coup à mon avis il ne laisse qu'un souvenir mitigé et peu glorieux.Ph
Ph

debout a dit…

"Kissinger - Le Duc Tho", c'est Suicide avant l'heure, Mathématiques Modernes sans la Valstar, Kraftwerk en sortie d'autoroute... un grand titre par un Salvador carrément punky.

LinkWithin

Linkwithin