07 octobre 2012

LES YPER SOUND : Too fortiche


Acquis sur le vide-grenier du parking Leclerc à Pierry le 30 septembre 2012
Réf : 460 233 ME -- Edité par Fontana en France en 1967
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Too fortiche -- Teen tonic -/- Psyché rock -- Jericho jerk

Eh bien, on dirait que ce vide-grenier organisé par le comité d'entreprise de l'hypermarché Leclerc de Pierry me porte chance. L'an dernier, j'y avais trouvé un très bel album de Big Bill Broonzy et la semaine dernière, par un beau temps presque inespéré, j'y ai mis la main sur un disque de légende, que je n'espérais pas non plus trouver sur un vide-grenier, en bon état, et à ce prix.
Après quelques allées infructueuses, il y avait un stand avec une dizaine de 45 tours sans intérêt, sauf celui-là, glissé dans le lot au milieu. J'ai demandé le prix des disques. Le gars a d'abord essayé de me vendre le tout (3 €, pas cher, finalement), avant de me proposer 1 € les deux (j'ai pris pour compléter un 45 tours de 1968, Race with the devil de The Gun). Même si je n'avais rien trouvé ensuite, cette ballade aurait été un succès, mais en plus j'ai acheté une vingtaine de 45 tours 70's plutôt obscurs, venant d'un DJ de discothèque, à 20 centimes pièces !
J'étais plus que content d'avoir trouvé cette pépite sixties d'avant-garde car on ne trouve pas des disques de ce calibre tous les dimanches sur les brocs, et surtout parce que les "jerks électroniques" de Pierre Henry et Michel Colombier pour la Messe pour le temps présent de Maurice Béjart nous ont éclatés en famille pendant une bonne partie des années 70.
Nous avions acheté la réédition de l'album sorti à l'origine en 1967, pas très ragoutante avec sa photo en noir et blanc de danseurs sur la pochette. C'est sûrement à cause de ces danseurs que je croyais me souvenir que nous avions découvert cette musique lors d'une activité de péri-catéchisme (Club Formule 1 ou Fripounet) ou en centre aéré (pendant plus d'une semaine à cette époque, une équipe de moniteurs, sûrement en train de cuver et d'atterrir après des nuits agitées, nous a fait "travailler" des matinées entières sur Atom heart mother de Pink Floyd pour préparer une performance d'expression corporelle ! Ca m'a dégoûté à jamais de la danse...).
Je ne me trompais pas de beaucoup car c'est bien en colonie que mon frère avait découvert cette musique : là, les moniteurs utilisaient ce disque pour les réveiller le matin ! Ça avait dû marquer mon frère, qui n'est pas un lève-tôt, au point qu'il avait demandé les références du disque et convaincu ensuite mes parents de l'acheter.
Comme le montrent les autres pièces compilées sur l'album (y compris un "rock électronique" un peu décevant mais de 1963 pour La reine verte), Pierre Henry a composé de longue date des musiques pour les spectacles de Maurice Béjart. La principale différence pour Messe pour le temps présent, créée au Festival d'Avignon en 1967, c'est qu'Henry a collaboré avec Michel Colombier, qui a enregistré avec son orchestre des bases musicales à partir desquelles Pierre Henry a travaillé pour ses manipulations sonores et concrètes et ses ajouts de sons électroniques.
On était en 1967, année hallucinée s'il en est, et cette musique qui se voulait à la fois de danse et d'avant-garde était aussi en essence psychédélique, comme l'indique Gérard Davoust dans ses notes de pochette : "[Cette musique] s'écoute dans l'obscurité, ou elle se danse... elle possède beaucoup de vertus cachées... celui qui sait "partir" avec elle, se trouve dans une sorte d'état second qui lui ouvre un monde de couleurs et de sons inconnus...".
C'est Too fortiche qui a été choisi comme titre principal de ce disque. Pas forcément un bon choix, parce que, en parlé jeune, "Fortiche" a bien plus mal vieilli que la musique que ce titre désigne, et surtout parce que le titre le plus fort des quatre proposés ici, c'est Psyché rock, qui sera d'ailleurs placé juste après le Prologue (absent de ce 45 tours) en ouverture de l'album.
Sur Psyché rock, l'alliance est parfaite entre les bases orchestrales de Michel Colombier, dont la guitare saturée, et les sons synthétiques de Pierre Henry, avec en plus les cloches qui font beaucoup pour la réussite de ce titre, dont les ingrédients se mélangent et s'additionnent pour produire un tout supérieur à ses différentes parties. Le résultat est effectivement d'avant-garde et innovant, même si la structure musicale est apparemment librement inspirée de Louie Louie, et n'a pas pris une ride en 45 ans.
Les trois autres titres sont excellents eux aussi, mais la magie fonctionne un peu moins bien. On sent plus la juxtaposition de sons électroniques sur des musiques qui sonnent pour le coup très 1967, proches des musiques pour scènes de danse des films de l'époque. Too fortiche marque cependant pour la batterie, la guitare saturée, la ligne de basse et les breaks. Jericho jerk sonne un peu comme de l'easy listening parsemé de synthé et Teen tonic groove bien avec son orgue et ses cuivres. Comme autre exemple d'association réussie de psychédélisme et d'électronique, un peu plus tard dans les années 60, je ne voix qu'An electric storm de White Noise.
Psyché rock est devenu un classique, utilisé, repris et remixé à toutes les sauces (il y a même eu en 2000 un double-CD entier de Psyché rock sessions). Dans les disques chroniqués ici, il est clair que Le rock du roc du Chant de la terre, disque publicitaire pour des outils à percussion, était concrètement très inspiré de Pierre Henry. Pierre Henry qui s'apprête à fêter ses 85 ans et sort pour l'occasion Odyssée, une rétrospective de son parcours en 10 CD.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

too fortiche à mon humble avis c'est plus un titre blague en réf à Tea for two plutôt qu'une allusion rock. (jeux de mots dont seront friands soft machine et avatars de l'époque).
Quant à louie louie,je suis d'ac avec toi, c'est plausible mais ça reste à vérifier. C'était vraiment une suite d'accords très utilisée en pop ( une pléïade de tubes sur cette suite) et psyche rock c'était incontestablement un morceau pop. ph
ph

LinkWithin

Linkwithin