30 juillet 2008

SOFT DRINKS : Pop stars in their pyjamas


Acquis probablement dans l'un des Record & Tape Exchange de Notting Hill Gate à Londres en 1984
Réf : OH 004 -- Edité par Outer Himmilayan en Angleterre en 1982
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Pop stars in their pyjamas -/- Cinzano wet dream

Quand j'ai ressorti ce disque pour l'écouter et éventuellement en parler ici, je me souvenais l'avoir acheté, à 10 pence dans une cave comme d'hab, sur la foi de la pochette, du nom du groupe et surtout du titre assez rigolo de la face A. Je savais aussi que je n'avais pas dû écouter ce disque plus d'une ou deux fois en vingt ans.
Là où je me trompais, par contre, c'est que je pensais avoir à faire, avec un nom de groupe pareil, à un groupe genre C-86 post-Pastels, typiquement twee, genre The Softies, ce groupe américain des années 90. Mais à l'écoute, avant toute recherche d'information et alors qu'aucune année n'est indiquée sur le disque, j'ai su qu'il datait plutôt du début des années 80 et je me suis fait la remarque que le batteur, avec son jeu à la Pete de Freitas sur Zimbo/All my colours ou à la Stephen Morris sur Atrocity exhibition, touchait sa cannette.
Et là, j'avais raison. Vérification faite, notamment dans la Bible (The international dictionary of the new wave de B George et Martha DeFoe) et sur internet, Soft Drinks est un trio qui a sorti ce 45 tours et des titres sur deux compilations, composé de Drooper au chant, de Lee Greville au synthé et de Jon Greville à la batterie. C'est ce dernier qui fait qu'on parle encore un peu de ce groupe de-ci de-là car il est par ailleurs le batteur de Rudimentary Peni, un groupe punk anglais un temps associé à Crass, formé en 1980 et toujours en activité.
Musicalement, donc, la tonalité a la sombreur de l'époque. Sur la face A, le chanteur est énergique et pas très bon. Je ne saisis pas toutes les paroles, mais je ne pense pas qu'elles soient aussi humoristiques que le titre donne à le croire. J'aime beaucoup mieux la face B, la voix est mieux dosée et l'ensemble atteint un bon équilibre, avec cette formation bizarre où la batterie fait toute la rythmique et le synthé toute la mélodie.
Contrairement à l'exemplaire présenté par Blank Dogs ici, le mien ne contient ni livret ni auto-collant, juste une pub pour la compilation The thing from the crypt, de 1981, sur laquelle on trouve deux titres des Soft Drinks désignant effectivement des boissons sans alcool, Squash et Pepsi Cola. Chez Blank Dogs, vous pouvez télécharger les deux titres de ce 45 tours (en tout cas, aujourd'hui ça marche encore).

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin