24 février 2018

EXCUSEZ-MOI, JE ME SUIS OCCUPÉ UN PEU DE TOUT


Acquis par correspondance chez Reverberation en septembre 1999
Réf : Excuse n°1 -- Édité par Vivonzeureux! en France en 1999 avec le n°5 du fanzine Vivonzeureux ! (en attendant la mort...)
Support : CD 12 cm
9 titres

L'autre jour, je faisais du rangement et je suis tombé sur un carton qui contenait le stock qui me reste de ce CD que j'ai édité en 1999, en complément du n° 5 de mon fanzine Vivonzeureux! (en attendant la mort...).
C'est alors que je me suis rendu compte que c'est le seul disque que j'ai jamais publié moi-même. Mais ce n'est pas parce que je l'ai publié qu'il n'a pas sa place ici. Au contraire, s'il avait été sorti par quelqu'un d'autre, je l'aurais sûrement chroniqué depuis longtemps car il n'y a que des copains qui ont participé à son enregistrement et j'aime tous les titres !
En 1998, j'avais démarré depuis un an la version en ligne de mon fanzine (avec un modem à 28,8 kbps, avant de passer à 33,6 puis, grand luxe, à 56), le boulot m'occupait pas mal et l'installation était en cours dans une maison à une trentaine de bornes de Reims. Tant et si bien que, à l'été 1998, j'ai arrêté de faire mon émission hebdomadaire sur Radio Primitive. Mais je voulais continuer à partager ma passion pour la musique. C'est pourquoi, en plus du webzine, je me suis lancé dans un nouveau numéro imprimé du fanzine, et dans ce projet de compilation.
L'autre raison qui m'a poussé à faire Excusez-moi, je me suis occupé un peu de tout, c'est qu'autour de moi j'avais des copains qui auto-produisaient de la musique (en cassette et, grosse nouveauté, sur CD-R) que je trouvais d'excellente qualité et que j'avais envie de faire connaître.
Dans le court texte qui accompagnait la compilation, j'expliquais que je redoutais de tomber un jour sur ce CD dans un bac à soldes de disques promo ou d'occasion. Ça ne m'est jamais arrivé. Par contre, j'ai été presque surpris de voir que quelqu'un l'a référencé sur Discogs. Dans ce texte, je prétendais aussi que ce disque était véritablement "hors commerce". Belle connerie : à partir du moment où je le vendais avec le fanzine, même à prix coûtant, il ne pouvait être hors commerce !
Pour ma première sortie, il y a eu pas mal d'écho dans la presse, avec déjà des chroniques des fidèles Magic ! et Abus Dangereux, et aussi dans Le Journal de la Haute-Marne et des fanzines.
Quand je vois que j'avais tiré 500 CD, je suis étonné qu'il ne m'en reste pas plus d'une quarantaine. Certes, j'en ai donné une dizaine au moins à chacun des groupes, et j'en ai souvent fait cadeau à un peu tout le monde au fil des années, mais je suis presque étonné qu'il y en ait eu autant de mis en circulation.
Musicalement, il n'y a ici comme je le disais que des copains et que de la musique qui me plaît et qui a plutôt bien vieilli.
DJ Gamover, L'Incohérent et Le Vieux Thorax, de la galaxie Combinaisons/Strict Danse Tempo, sont présents chacun sur deux des neuf titres.
Les vedettes écossaises (et non américaines) sont les Jasmine Minks, avec Blown away, une berceuse écrite pour l'une des filles de Jim Shepherd. Cette chanson a par la suite été publiée sur un album auto-produit, Veritas, sur le single I heard I wish it would rain, et plus récemment sur la compilation Cut me deep : The anthology 1984-2014.
J'ai toujours pensé qu'il y avait au moins deux tubes sur ce disque, et il se trouve que ce sont les deux titres auxquels participe Gamover, extraits de sa cassette En vrac. Son intervention sur Je reste club de M. Untel donne vraiment du peps à cette chanson, que je préfère à la version solo originale et L'alerte au gros rouge donne l'occasion à L'Incohérent de produire l'une de ses performances vocales les plus mémorables (sans même mentionner les paroles : "Ah, vénale, tu rognes ma troisième jambe..." !).
On retrouve L'Incohérent avec Dorian Feller pour Frégate, tiré de leur projet Joli Roger, et Dorian Feller est présent aussi avec Brodé Tango pour Dépit de poisson, où il fait des prouesses vocales et guitaristiques.
L'influence de Calexico, qui a joué à L'Usine à Reims lors de la tournée The black light, est sensible sur deux des titres. Décalcos de Mexico par Les Grandsgourous (ex-Omar m'a tuer). C'est le seul titre enregistré spécifiquement pour ce projet. Et Th de T.V. La. S.Un. Or., qui est tiré d'un album de démos, Le grand passage, dont je regrette de ne jamais avoir eu un exemplaire.
Au moment de sa cassette 11 raw cuts, dont est tiré Easy love bpm, Le Vieux Thorax en était encore au début de ses aventures de bricoleur de collages musicaux (qui allaient le pousser à s'engager en politique et à se frotter à Raffarin, Sarkozy et Villepin !), mais son travail était déjà très abouti. On le retrouve au côté de Kara pour Les casseroles. Kara, créditée Karine Bagot et le Petit Personnel, s'est retrouvée en 2003 sur Suprise partie hoptimiste, la deuxième (et pour l'instant dernière) compilation Vivonzeureux!, diffusée uniquement sous forme de MP3. Elle n'y était pas isolée, puisque Brodé Tango, Le Vieux Thorax, Gamover et Jim Shepherd (sous l'alias Sandy Burnett) y étaient aussi ! Je crois que Kara n'a pas produit d'autre enregistrement depuis, mais je suis bien content d'avoir pu assister à l'un de ses rares concerts, à Paris en 2002.
Grâce aux progrès de la technique, je suis content de pouvoir vous proposer ci-dessous l'écoute intégrale du CD, ainsi que le téléchargement du fanzine.
Et, si vous voulez un CD, contactez-moi et je vous l'enverrai pour 2 €, pour couvrir les frais de port (dans la limite du stock disponible, bien sûr !).





1 commentaire:

Anonyme a dit…

belle histoire et pour parodier wally "une très belle description de ce disque" plus que sympa car il y a des titres effectivement très bons qui passent tjrs le cap des ans

LinkWithin

Linkwithin