01 juillet 2017

DAVID MARTIAL : Lucie


Acquis sur le vide-grenier de Ludes le 21 avril 2013
Réf : RC 60 -- Édité par Aux Ondes/Disques Célini en France en 1966
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Lucie -- Jerk vidé -/- Élise -- Méringué

Depuis des années, sachant que les disques intéressants du domaine du rock au sens large sont de plus en plus difficiles à dénicher sur les vide-greniers, j'ai reporté mon attention et mes espoirs de trouvailles sur des disques bizarres ou improbables et sur des productions d'ailleurs dans le monde entier. Et si on a la chance de trouver certains de ces disques "exotiques" égarés au fin fond de nos provinces françaises, c'est bien souvent parce que des touristes les ont ramenés en souvenir de leurs vacances.
Cela fait bien longtemps maintenant que des disques africains sont très recherchés et réédités. Désormais, tous les lieux de productions musicaux et tous les styles musicaux, même les plus obscurs, font l'objet de rééditions, notamment, pour ce qui concerne ceux auxquels je m'intéresse et que j'ai l'occasion d'acheter, les disques des Antilles et de l'Océan Indien.
Ainsi, ces dernières années, on a vu sortir les compilations Tumbélé !, Haiti direct ou Sol souk séga.
Rien qu'en juin, Strut a sorti la compilation Oté Maloya, qui se concentre sur les débuts du Maloya électrique à La Réunion, tandis que Born Bad passait en revue le boogaloo aux Antilles avec Disque la rayé.
C'est ce dernier disque qui a particulièrement retenu mon attention.
Dans tous mes disques antillais, il y beaucoup de titres étiquetés Compas, Cadence rampa, Biguine, Tumbélé, Meringue, Boléro, Mazurka, mais très peu de Boogaloo.
C'est sûrement pourquoi, s'il y sur Disque la rayé plusieurs artistes dont j'ai des disques (Maurice Alcindor, Henri Debs, Les Vikings), le seul titre effectivement présent dans ma collection, c'est Jerk vidé de David Martial.
J'ai acheté ce disque un jour où je me suis aventuré sur les anciennes terres de Philippe R. à Rilly-la-Montagne et Ludes.
On connaît tous David Martial pour son tube de 1976 Célimène, mais si j'ai acheté ce 45 tours, c'est avant tout parce que, depuis que l'ami Le Vieux Thorax me l'a conseillé, j'achète tout ce que je vois passer du label Aux Ondes/Disques Célini.
Quand ce 45 tours est sorti en 1966, David Martial, qui a fait au fil des années plusieurs aller-retour entre la Guadeloupe et la France métropolitaine, avait déjà une longue carrière derrière lui, puisque ses premiers enregistrements remontent au début des  années 1950 avec l'orchestre Del's Biguine, comme l'explique Jean-Pierre Meunier dans le livret d'une réédition parue chez Frémeaux.
Je n'ai pas chroniqué ce disque au moment où je l'ai acheté car il ne m'avait pas complètement emballé, et surtout parce que je lui avais préféré le 45 tours des Kajulu Boys acheté le même jour.
Il faut dire que cet EP s'ouvre avec le titre qui me plaît le moins, le slow Lucie. Lucie, c'est bien sûr l'une des très nombreuses cousines de l'Aline de Christophe. Je n'ai pas fait le recensement complet des prénoms féminins chantés par David Martial (il y aussi Élise ici), mais bien avant Célimène il s'en était presque fait une spécialité, puisqu'il y en pas moins de quatre (Laetitia, Ernestine, Marie Josée, Marie Clémence) rien que sur son premier album Show folklore.
Vient ensuite le titre sélectionné par Born Bad, Jerk vidé, présenté comme un boogaloo-jerk. C'est un excellent choix puisque c'est de loin le meilleur ici à mon goût, avec un son et un groove quasiment à la 96 tears, avec la basse chaloupée, l'orgue et le cuivre.
La face B n'est pas mauvaise du tout avec enchaînés une excellente biguine, Élise, et Méringué.
Avec toutes ces rééditions, ces disques antillais vont être mieux connus et recherchés par plus d'amateurs, mais j'espère continuer à en trouver régulièrement au fil de mes pérégrinations.



Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin