07 septembre 2014

PERE UBU : Carnival of souls & Cogs




Acquis par correspondance chez Fire Records en Angleterre en août 2014
Réf : FIRECD358 -- Edité par Fire en Angleterre en 2014
Support : CD 12 cm et 100 p. 23 cm
9  et 9 titres

J'ai acheté l'an dernier au moment de sa sortie l'album Lady from Shanghai de Pere Ubu.  Je n'en ai pas parlé ici car, sur le coup, je n'ai pas particulièrement apprécié ce disque. Je viens de le réécouter et, à froid, je commence à mieux l'aimer, mais il doit y avoir quelque chose dans la production ou le mixage qui me rend ce disque hermétique, distant. Même David Thomas quand il chante semble lointain, peu impliqué. Un comble !
Alors, nonobstant les hyperboles de Charlie Dontsurf, j'ai pris mes précautions cette fois-ci avant de commander Carnival of souls : contrairement à mon habitude, j'ai d'abord écouté les titres disponibles en ligne, et j'ai été suffisamment emballé pour investir.
Au bout du compte, ce nouvel album est sûrement mon préféré de Pere Ubu depuis Ray gun suitcase en 1995, soit il y a déjà presque vingt ans. Ceux qui sont restés bloqués sur Non-alignment pact seront ravis des quatre-vingts premières secondes du disque, qui en sont dans le droit fil. Évidemment, cette première partie s'arrête brutalement et la chanson, comme l'album dans son ensemble, partent dans plein d'autres directions. Pour l'heure, mes titres préférés sont Golden surf II, justement ce titre d'ouverture, Bus station, Road to Utah et Irene.
David Thomas a répété cette fois-ci une expérience débutée l'an dernier avec Lady from Shanghai : accompagner l'album par la publication d'un livre qui explique et éclaire sa création. Le procédé a un seul défaut : il n'y a plus du tout de livret dans les CD de Pere Ubu, juste des notes de pochette réduites au strict minimum.
Cette fois-ci, j'ai aussi acheté le livre, Cogs : The making of Carnival of souls et, si on comprend l'anglais, c'est un plaisir de le lire entre deux écoutes du disque. David Thomas a plein d'esprit et de culture. Il est le mieux placé pour expliquer son processus créatif, y compris par des slogans et des règles, et, ça c'est moins évident, il a aussi suffisamment de recul et même une bonne dose d'autodérision, pour expliquer le fonctionnement de Pere Ubu et ses propres rapports avec les musiciens, le public et les médias. En voilà ci-dessous un exemple. Les amis rémois anciens de Rock In Opposition et de Recommended France seront ravis de cette mention d'Henry Cow.



Je ne vais pas vous résumer le livre ou les dossiers de presse qui accompagnent le disque. Sachez juste qu'à la base de cet album, il y a la musique et les paroles créées par Pere Ubu en juillet 2013 pour accompagner une projection du film Carnival of souls de 1962 et une tournée européenne en novembre 2013 sans la bassiste et le joueur de synthés du groupe, ce qui a conduit le groupe à improviser une majeure partie de ses concerts.
J'ai découvert en lisant Cogs que Carnival of souls est en partie un album champenois ! En effet, Irene est issue d'une improvisation lors d'un concert à la maison à Troyes, chez Alexandre Horn, en prélude à la tournée de novembre 2013. Et surtout, alors que j'étais resté persuadé que c'était toujours John Thompson qui faisait toutes les pochettes de Pere Ubu, j'ai appris que, comme pour The Lady from Shanghai, si John Thompson s'occupe toujours de la typographie et de la mise en page, l'illustration principale est justement due à Alexandre Horn. Ce sont ses deux premières pochettes de disques physiques de Pere Ubu mais, en incluant les projets pour David Thomas et Rocket From The Tombs, il a déjà réalisé plus de vingt pochettes pour hearpen.com !
L'actualité de Pere Ubu cette semaine c'est non pas un concert en France, mais une nouvelle prestation en direct pour accompagner une projection de Carnival of souls, vendredi 12 novembre à Paris pour l'Etrange Festival. Ceux qui n'en seront pas peuvent pour se consoler en mettant un doigt, deux oreilles pour le disque et deux yeux pour le livre dans l'engrenage du manège des âmes de Pere Ubu.



7 commentaires:

Charlie Dontsurf a dit…

Enfin une chronique intelligente sur ce disque. Pol, je t'aime. Et vous autres, croyez le.

Charlie Dontsurf a dit…

Quel disque. Il vit sur la lune.
Parmi d'autres, Captain Beefheart par exemple, David Thomas et Pere Ubu seront exposés dans "Art In Pop", du 11 octobre 2014 au 4 janvier 2015, au CNAC - LE MAGASIN de Grenoble (38).

Charlie Dontsurf a dit…

Au programme de l'expo ART IN POP, dont il a déjà été question ici, de superbes dessins de Daniel Johnston, un grand hall consacré à Malcom McLaren, Genesis P-Orridge, des peintures magnifiques et inquiétantes de Don Van Vliet, Mayo Thompson et Red Krayola et une salle consacrée à David Thomas/Pere Ubu avec ... une partie de ma collection (un rêve réalisé et des angoisses) [dossiers de presse, photos, affiches, flyers, disques], des vidéos, notamment les dernières autour de l'album Carnival Of Souls, dont une inédite, les travaux en cours de l'ami Alex Horn réalisés pour la pochette du dernier album et les visuels du site hearpen.com.

Pol Dodu a dit…

Yo Charlie,
Ça fait envie, mais je ne pense pas avoir l'occasion d'alle rà Grenoble. Peut-être auras-tu l'occasion de présenter la partie sur Pere Ubu à Paris un de ces jours ?

Charlie Dontsurf a dit…

Pere Ubu en France en janvier 2015 pour présenter COS (et autres très bonnes choses, cf. la récente tournée hispano-anglaise). Paris (Maroquinerie) le 27/01/2015 et Lille (Aéronef) le 29/01.

Charlie Dontsurf a dit…

et à Rennes le 3/02/2015 !

Anonyme a dit…

Très cher Pol DODU
merci pour cette pensée au sujet des pochettes de Pere Ubu...
C'est très gentil à toi .

je vais faire bientôt un vrai site avec beaucoup de trucs tournant autour de qui tu imagines...
je te tiendrai au courant..
Bravo pour ton blog

Merci en tous cas à toi...
avec beaucoup de retard.

A(lex)bba Z(horn)abba.

LinkWithin

Linkwithin