10 février 2019

PORTA S. : Enfants de la rosée


Offert par Thomas B. par correspondance en janvier 2019
Réf : [sans] -- Édité par Stomoxine en France en 2019
Support : 9 x mp3
9 titres

C'était il y a quelques semaines. Un inconnu profite de la nouvelle année pour m'offrir un petit album de musique réalisé avec des amis. Comme ça, sans engagement. Par la suite, j'ai appris que Thomas B. est un lecteur régulier de Vivonzeureux!, qu'il apprécie Jonathan Richman (même si ça ne se reflète pas dans sa musique), Pascal Comelade, Albert Marcoeur et Robert Wyatt, et qu'il m'est reconnaissant de lui avoir fait découvrir Brodé Tango et Family Fodder.
Je suis toujours content quand j'ai un contact avec un lecteur de Vivonzeureux!. Je suis toujours content aussi quand on me fait des cadeaux, et encore plus quand il s'avère que j'apprécie sincèrement la musique qu'ils contiennent.
Déjà, avec Enfants de la rosée, avant même d'écouter on peut apprécier les titres, en français. Outre celui de l'album, il y a Convergence des flûtes, Hôtel Califourchon, Goût rossignol, Les langues se lavent...
A l'écoute, j'ai découvert que la musique de Porta S. n'est pas dans un style que j'écoute quotidiennement, mais que j'apprécie quand même. Pas de chant, mais pas de la musique instrumentale non plus, puisque des voix, sûrement des échantillons, parsèment les enregistrements. C'est original et varié, proche dans l'esprit (même si je n'ai pas réécouté pour vérifier) du disque de La Semence Pastorale que j'ai chroniqué l'an dernier.
En le sachant d'avance, j'ai pu faire des correspondances avec Brodé Tango (Convergence des flûtes, au début) ou Comelade (Vermicelles, tout à la fin).
L'ordre des titres doit être bien choisi car, pour l'heure, mes titres préférés sont les deux premiers, Crémaillère, avec orgue, guitare et percussions et des voix qui font "Na na na", et Vermicelles. J'ai repéré aussi particulièrement Convergences des flûtes, plus rythmé, avec voix traitées, saxophone et orgue, et Tasseau, avec un rythme qui évoque un convoi de western ou une caravane, et qui du coup me fait penser à Procession towards learning land, de la série Homo safari de XTC. Dans le même ordre d'idée, Rancho Marâtre, avec ses percussions, me rappelle un peu Work away Tokyo day, de l'album solo de Mr. Partridge, qu'avec Philipe R. nous avions choisi comme indicatif de notre émission Camisole en 1982.
A noter également, Raisin de Caroline et sa guimbarde, et Hôtel Califourchon, avec des coups de grosse caisse dans la deuxième moitié qui sont comme un appel à la piste de danse.
Un album que je vous recommande chaudement, donc, par un groupe qui reste assez mystérieux. Sur le même label Stomoxine, ils ont déjà sorti deux autres album, Babe en 2016 et Gloria minou en 2017. Dans les crédits de ce dernier, il est indiqué que le groupe est composé de Louboulbill, Noboupilou et Pounil. Sur la photo de leur page Facebook, il y a trois têtes, ce qui tendrait à confirmer qu'on a affaire à un trio.

Enfants de la rosée est disponible chez Stomoxine, en cassette si ça vous chante mais mais pour ma part ce n'est pas mon truc, ou en version numérique.




1 commentaire:

Pol Dodu a dit…

Directement dans la foulée d' "Enfants de la rosée", Porta S. vient de sortir en collaboration avec Kid Chocolat, que j'ai croisé pour la première fois sur la compilation "Raffarin is not dead" initiée par l'ami Le Vieux Thorax, un album disponible en CD intitulé "Combats de reines" et crédité fort logiquement à PORTAKC.
Kid Chocolat y retravaille des résidus de samples, bribes de morceaux, ou autres déchets d'impros de Porta S.
A écouter et à commander là :
https://stomoxine.bandcamp.com/album/combats-de-reines.

LinkWithin

Linkwithin