13 mars 2016

ORCHESTRE DU GŒLAND GRIS : Doux baisers hawaïens



Acquis à la braderie-brocante d'Ay le 2 juin 2011
Réf : 259 -- Édité par Discolux en Belgique dans les années 1930
Support : 78 tours 25 cm
Titres : Doux baisers hawaïens -/- Rêves

Les disques souples, je connais bien, mais ce jour-là, alors que je faisais mon tour de la braderie-brocante d'Ay, je suis tombé dans un carton sur une poignée d'exemplaires très bizarres : des disques souples de grand format (25 cm), blancs et épais comme des 78 tours rigides. A 50 centimes, j'étais bien décidé à en prendre un rien que pour l'objet, mais en plus j'en ai trouvé un au titre alléchant, Doux baisers hawaïens.
J'ai commencé à déchanter plus tard, lorsque j'ai eu la possibilité chez fois d'écouter des 78 tours et que j'ai compris pourquoi ce type de disque n'était pas plus répandu : ce grand disque, même après des années coincées entre d'autres dans une pile, n'est jamais plat ! On peut le repousser dans un sens ou l'autre, écouter une face concave ou convexe mais ce n'est jamais génial.
En plus, sur le coup je n'ai pas trouvé beaucoup d'informations sur ce disque, sauf que Discolux était une étiquette du distributeur belge Phonedibel.
En plus du titre d'une des chansons, j'aimais beaucoup le nom de l'Orchestre du Goéland Gris. Un peu comme l'Orchestre de Ça Gaze ou celui du Tourbillon, dont j'ai aussi un disque, j'étais persuadé que c'était l'orchestre d'un cabaret, mais là aussi j'ai fait chou blanc et je n'ai trouvé aucune référence à un tel lieu, ni en France ni en Belgique.
J'ai donc remisé mon disque sans le chroniquer, comme j'en avais d'abord eu l'intention, mais j'y pensais assez souvent, notamment car j'avais copié la photo des labels.
Je l'ai encore ressorti il y a quelques jours, et là d'un seul coup j'ai progressé à pas de géant. Je suis tombé sur un bête fichier Excel de liste de disques en vente, mais qui comportait cette mention:
"Orchestre du Goeland Gris (Grey Gull Orchestra) mx 3900, Feb 1930, prob. Mike Mosiello (t), Andy Sanella (stg), John Cali (g) Charles Magnante (acc.),…GREAT".
Des noms ? Des pistes ? Hop, je cherche des infos sur le steel guitariste Andy Sannella, puisqu'il y a de la guitare hawaïenne et là, bingo, j'apprends que, avec les musiciens cités ci-dessus, il formait le noyau du prolifique orchestre maison d'une maison de disques de Boston active de 1919 à 1931, Grey Gull Records !
Un "grey gull", en français, c'est un goéland gris !!
Il s'avère donc que mon disque, que je croyais francophone, est en fait l'édition belge d'enregistrements américains, avec une traduction complète en français du nom de l'orchestre et des titres des chansons...!
Muni de ces éléments, et sachant que les discographies anciennes de jazz sont très bien documentées, je me suis rendu sur
le site du projet Grey Gull Discography et j'ai trouvé des informations sur les deux faces de mon disque :
Sweet hawaiian kisses (matrice 2455) a été publié deux fois, sur le disque version Grey Gull 2344, crédité à Arthur Fields et sur le Grey Gull 4160 en 1927, crédité à Roy Butler, l'un des pseudos d'Arthur Fields.
Dreams (matrice 3873) a été publié en 1930 sur Goodson S175, l'un  des labels de Grey Gull et crédité aux Melodist Four.
Rêves, sur mon disque, porte bien le numéro de matrice 3873, et c'est assurément le même enregistrement que le Dreams de Goodson, une valse instrumentale avec principalement la trompette solo de Mike Mosiello, même si on entend, aussi, entre autres, la guitare hawaïenne.
Par contre, Doux baisers hawaïens (matrice 3896) n'est pas le même enregistrement que le Sweet hawaiian kisses de la matrice 2455. En effet, comme précisé sur l'étiquette du 78 tours Grey Gull, Sweet hawaiian kisses est chanté, alors que ma version de ce très beau titre de guitare hawaïenne est entièrement instrumentale !
Ce numéro de matrice ne figure pas encore dans la base de données de Grey Gull Discography mais je pense qu'il s'agit juste d'un manque et je suis à peu près sûr que cette version instrumentale a aussi été éditée aux Etats-Unis.
En tout cas, ce disque plein de surprises est non seulement un étrange objet mais aussi très intéressant musicalement. Évidemment, je regrette maintenant de ne pas avoir pris tout le lot, même si musicalement les autres disques étaient sûrement moins intéressants.
Ces titres Grey Gull ont visiblement été très rarement réédités, à l'exception du CD Grey Gull rarities de Jazz Oracle, sur lequel on retrouve les musiciens de ce disque sur plusieurs titres, mais aucune des deux faces de mon 78 tours souple.

Orchestre du Goéland Gris  : Doux baisers hawaïens.
Orchestre du Goéland Gris  : Rêves.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin