18 juin 2015

THE TEARDROP EXPLODES : Tiny children


Acquis au Record and Tape Exchange de Notting Hill Gate à Londres probablement dans les années 2000
Réf : Tear 7 -- Edité par Mercury en Angleterre en 1982
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Tiny children -/- Rachael built a steamboat

The Teardrop Explodes et Julian Cope sont bien représentés dans ma Discographie personnelle de la New Wave, disponible en téléchargement gratuit ou livre imprimé payant, mais on n'y trouve pas ce 45 tours, qui met pourtant en valeur mon titre préféré du deuxième album du groupe.
J'ai dû acheter Kilimanjaro et Wilder coup sur coup et, si j'ai bien plus souvent écouté le second que le premier, c'est surtout à cause de Tiny children.
1981-1982, c'était une époque bizarre. En y repensant, on a l'impression qu'elle était baignée dans une ambiance lugubre et funèbre, dont la bande sonore, de Joy Division à The Cure, était à la limite du suicidaire. Dans le genre, Heaven up here d'Echo and the Bunnymen, n'était pas mal non plus.
Est-ce que, à cette époque plus qu'à d'autres, les jeunes européens étaient tous tristes, engoncés dans des grands manteaux noirs ou des imperméables, plongés dans une crise existentielle ? J'en doute, mais je n'étais pas le dernier à me complaire dans les idées noires, à un moment où j'avais fini par admettre que nous allons tous mourir un jour mais où j'avais encore du mal à admettre que ça n'empêche pas la majorité de la population de continuer à mener sa vie comme si de rien n'était...
Et Tiny children est une bande-son parfaite pour ce genre de rumination. Une chanson lente, dominée par les synthés, avec des paroles adéquates, du style, "La moitié du temps, assis en plein désarroi, je pense à un rêve que je n'ai jamais fait", "Oh, je pourrais faire tout un plat de ce merveilleux désespoir que je ressens" ou encore "Oh, je ne suis pas sûr de ces choses qui comptaient pour moi. Oh non, je n'en suis pas sûr. Plus du tout.". Aujourd'hui encore, quand Julian Cope répète plusieurs fois "Oh no, I'm not sure about those things that I cared about. Oh no, I'm not sure. Not anymore.", je me sens à nouveau merveilleusement désespéré et j'ai presque les larmes aux yeux.
Je ne m'étais jamais fait la remarque, mais quand la batterie arrive vers la fin du morceau, on se rapproche de l'Atmosphere de Joy Division.
Les attentes étaient fortes après le succès de Kilimanjaro, et surtout du single Reward, mais Wilder a été un gros plantage commercial. Tiny children est le troisième 45 tours qui en a été extrait, plus de six mois après la sortie de l'album. On se demande bien pourquoi car je vois mal comment ce "slow" aurait pu avoir un succès façon Everybody's got to learn sometime des Korgis.
Cope avait un sacré talent pour titrer ses faces B à l'époque : Strange house in the snow, Christ Vs Warhol, Window Shopping For a New Crown of Thorns,... Dans le style, Rachael built a steamboat n'est pas si mal. Dommage que la chanson soit très quelconque, avec une basse limite slappée carrément insupportable.


The Teardrop Explodes, Tiny children, en direct dans l'émission The Old Grey Whisle Test, le 1er avril 1982.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin