18 mars 2017

TELEVISION PERSONALITIES : Three wishes


Acquis probablement chez Rough Trade à Londres en juin 1982
Réf : WHAAM 4 -- Édité par Whaam ! en Angleterre en 1982
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Three wishes -/- Geoffrey Ingram -- And don't the kids just love it !

Donc, mon livre Television Personalities : Journal d'un fan de chambre, est disponible et peut même être téléchargé gratuitement.
Pour fêter ça, j'ai ressorti cet excellent 45 tours Whaam!, l'un des premiers disques du groupe que j'ai acheté et toujours l'un de mes préférés. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si la compilation virtuelle Diary of a young fan, présentée dans le livre et (non) disponible sur Vivonzeureux! Records, commence et finit avec la chanson Three wishes, dont j'ai toujours apprécié le refrain des plus simples, "Si j'avais trois voeux à faire, j'en demanderais trois de plus".
J'ai découvert Television Personalities avec trois compilations Rough Trade, Wanna buy a bridge ?, sur laquelle il y avait Part time punks, et Best / Rough Trade et NME / Rough Trade C81, où on trouvait Magnificent dreams.
Le premier disque que j'ai acheté, c'est le deuxième album Mummy your not watching me début 1982. Quand je suis parti en vacances à Londres pour la deuxième fois en juin 1982, j'avais reçu pour mission de la part de Philippe R. et François B. de leur ramener respectivement pour 200 F. et 100 F. de disques pas cher, surtout de chez Rough Trade. Ils ont eu droit, entre autres, à ...And don't the kids just love it pour le premier et I know where Syd Barrett lives pour le second (un très bon rapport qualité-prix et un très bon investissement si on regarde la cote actuelle...). Pour ma pomme, j'ai acheté une nouveauté, ce 45 tours Three wishes qui venait de sortir, présenté dans une pochette minimale, une feuille A4 noir et blanc photocopiée et pliée.
J'étais jeune et je manquais de certaines références culturelles : j'avais dû voir passer le nom d'Andy Warhol quelque part, mais je n'avais aucun moyen de douter qu'il soit l'auteur des trois chansons du disque, comme indiqué sur l'étiquette, ni qu'il ait co-produit la face B, avec Timothy Leary s'il vous plaît. C'était bien sûr de bonnes grosses blagues. Je ne captais pas non plus à l'époque les références à Roy Lichtentstein du nom du label et de l'illustration sur les rondelles.



On dispose de peu d'informations précises sur le parcours de Television Personalities. Pour la rédaction du livre, le site televisionpersonalities.co.uk m'a été d'une aide précieuse. Je suis sûr que c'est là que j'ai trouvé les deux parties de The true story, un texte de Dan Treacy publié en 1985 dans le Television Personalities Fan Club ‘zine. En tout cas, heureusement que j'ai téléchargé et sauvegardé ces textes car aujourd'hui je suis incapable de les trouver en ligne.
Voilà ce qu'écrit Dan sur l'époque de la publication de ce disque :
"At the start of 1982 we started a new label, Whaam! Ed had left the TVPs now and changed his bands name to THE TIMES. I did not want anyone to replace Eddie and I decided to start anew with a new name… THE GIFTED CHILDREN (a name Joe had previously thought of). The first two releases were THE TIMES ‘RED WITH PURPLE FLASHES’ and GIFTED CHILDREN’S ‘PAINTING BY NUMBERS’. The new bassist for the ‘CHILDREN’ was a chap called Bernie Cooper who was a friend of Mark. Again I received a surprise phone call with an offer of more German dates for the TVPs.
Actually there were only two dates but the fact that one of them was supporting the legendary NICO of the Velvet Underground was the only excuse I needed to ‘reform’ the TVPs. As nobody knew we had ‘split up’ it made no difference. (...) But what happened to Bernie the new bass player?… you tell me!… he just vanished without trace.
Before leaving for Germany, myself, Mark and Bernie had recorded some more tracks for a proposed GIFTED CHILDREN LP. On return though I decided the TVPs had to storm back with some great records so the plan was for a TVPs LP. Eddie had some time free and he joined me and Mark and we recorded some more songs and I put these together with the previously recorded tracks and this was ‘MUMMY YOUR NOT WATCHING ME’ LP. (...)
I released the next TVPs single ‘THREE WISHES’ soon after. It was an unreleased track from the sessions with Mark and Bernie. The b-side was the title track of the first lp ‘And Don’t The Kids Just Love It!’ which did not appear on the lp strangely… and the different and original version of GEOFFREY INGRAM complete with primitive CLAPTRAP EFFECTS. Rough Trade preferred the version without hence it being omitted."
Donc, on apprend que c'est quand Ed Ball a quitté les TVPs pour se concentrer sur son groupe The Times que Dan a décidé de créer The Gifted Children, qui ont sorti un 45 tours qui est la première référence de leur label Whaam!. D'autres titres ont été enregistrés en vue d'un album par une formation comprenant Dan, le batteur du premier album Mark Sheppard et Bernie Cooper à la basse (soit dit en passant, une des choses que j'ai découvertes en écrivant le livre c'est que Mark Sheppard, qui avait à peine quinze ans lors de ses débuts avec TVPs, est devenu acteur par la suite et mène une carrière internationale à la télévision et au cinéma).
Alléché par la possibilité d'ouvrir pour Nico en Allemagne, Dan a reformé Television Personalities, puis Bernie Cooper a disparu et Dan, Mark et Ed Ball ont enregistré d'autres titres. Ces deux sessions ont fourni la matière pour Mummy you're not watching me. Three wishes date de la première de ces sessions, prévue pour The Gifted Children.
Cette version 45 tours de Three wishes me plaît toujours autant, même 35 ans plus tard, avec l'intro à la basse de Bernie, la batterie au son sec de Mark et l'orgue/synthé de Dan. Une autre version de Three wishes, plus longue et un peu plus électrique, a été publiée un peu plus tard en 1982 sur l'album They could have been bigger than The Beatles, qui regroupait des enregistrements rares ou inédits de la période 1977-1981. A l'époque, j'avais été très déçu par cette version. Aujourd'hui, je dois bien admettre qu'elle est tout aussi bonne que l'originale, mais celle-ci, la première que j'ai connue, gardera toujours ma préférence.
L'autre version de Three wishes qu'on trouve sur la compilation virtuelle, c'est celle extraite de la compilation Alive in the Living Room, enregistrée le 10 février 1984 et interrompue par la police. J'étais présent, assis aux pieds de Dan après avoir présenté le groupe au micro en début de concert.
Si on lit bien Dan, on comprend que les deux titres de la face B datent des sessions de l'album ...And don't the kids just love it, paru en janvier 1981. La version de Geoffrey Ingram qu'on trouve ici est la version originale, avec du piano et des effets sonores d'appludissement à la fin qui ne plaisaient pas trop à Rough Trade. La version retenue pour l'album est sans piano, avec plus de guitare et de choeurs. Toutes les deux sont excellentes !
Je n'arrive pas à trouver en ligne la chanson And don't the kids just love it, qui a pourtant été reprise en 1995 sur la compilation Yes darling, but is it art ?. Croyez-moi sur parole, c'est ce qui se rapproche le plus chez TVPs d'un titre funky ! Elle fait partie du club bizarrement pas si restreint des chansons qui ont donné leur titre à un album sans y figurer. Comme Psychocandy de The Jesus and Mary Chain, en face B de Some candy talking, ou Almost blue d'Elvis Costello, mise sur l'album suivant Imperial bedroom, tandis que la chanson Imperial bedroom a échoué en face B des singles Man out of time et Party party.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Très bon choix, passe au travers des années avec autant de fraîcheur qu'à sa parution, on n'est pas étonné, perso je ne luerai jamis assez le père dodu de m'avoir ramené cette rondelle en toute amitié Ph

LinkWithin

Linkwithin