23 novembre 2018

ENVELOPES : Sister in love


Acquis chez St Vincent's à Dalston le 7 novembre 2018
Réf : BRILS02S - 094634215176 -- Édité par Brille en Angleterre en 2005
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Sister in love -/- The Nicotines -- It is the law (Acoustic version)

Je suis allé à Londres ce mois-ci, notamment pour assister à un événement des plus sympathiques, ...And don't the kids just love it : A celebration of the genius of Dan Treacy, un concert hommage et de soutien à Dan Treacy de Television Personalities, très diminué depuis plusieurs années suite à de gros soucis de santé. L'occasion sur scène de célébrer la quantité impressionnante de chansons d'anthologie créées par Dan, avec un groupe comprenant d'anciens membres du groupe des différentes époques et de nombreux chanteurs invités. Le spectacle était aussi dans la salle, et ça tournait un peu à la réunion des anciens combattants du Living Room. A un moment dans la soirée, je me suis rendu compte qu'il y avait dans la salle à peu près tous les participants à l'enregistrement de l'album The girl who runs the beat hotel de Biff, Bang, Pow !, à l'exception de la chanteuse Christine et des copines choristes, soit: Alan McGee, Dick Green, Dave Evans, Ken Popple, Joe Foster et Andrew Innes !
La veille, à peine arrivés à Londres et les affaires déposées à l'hôtel, on est allé faire les boutiques à Dalston. De la première qu'on a visité, je suis ressorti avec une trentaine de CD, deux livres et une poignée de 45 tours. Pas mal, sachant qu'un des livres est un roman de Julian Cope et que les CD étaient à 50 pence et qu'il y en a plein d'intéressants.
Il y avait deux-trois caisses de 33 tours, mais je les ai survolées très rapidement car visiblement c'était la daube habituelles des charity shops et je n'avais pas envie de m'encombrer de toute façon. Les 45 tours, il n'y en avait que quelques-uns dans une boite à chaussures et j'ai tout de suite vu un 45 tours Debs ! Malheureusement, la pochette était vide. Je me suis rattrapé en y glissant un autre 45 tours Debs qui était sans pochette et j'en ai trouvé un autre, complet disque et pochette mais un peu décevant, plus un David Devant (que j'ai retrouvé sur scène le lendemain pour chanter un titre de Television Personalities) et ce disque d'Envelopes. Le groupe m'était complètement inconnu, mais la pochette m'a attiré l’œil et, à 50 pence aussi, ça se tentait.
Malheureusement, ce n'est pas si souvent que ça arrive à la première écoute d'une chanson inconnue : dès les premières secondes de Sister in love, j'ai dressé l'oreille et à la fin des trente secondes d'introduction j'étais déjà accroché. Puis il y a au un break, avec une autre partie différente mais aussi intéressante, chantée/parlée ce qui fait qu'on peut la qualifier d'unique couplet, avant le refrain entêtant et répété à l'envi avant et après une autre partie instrumentale dans la lignée de l'intro. Excellent ! De la noisy pop à faire danser un The Legend! comme un fou devant la scène (il était aussi à l'affiche le lendemain), quelque chose comme, pour prendre un groupe avec des influences similaires, du Urusei Yatsura à son meilleur ou The Feelings à leur plus réjouissant.
Il y a deux titre sur la face B. The Nicotines est très brinquebalant mais aussi très bien. It is the law est une version acoustique d'un autre single du groupe, qui m'a moins plu à première écoute mais qui s'avère quand même très agréable.
Bien sûr, j'ai cherché à en savoir un peu plus sur Envelopes. Le groupe était composé de trois suédois et d'une française, Audrey Pic, qui se sont rencontrés au lycée ou à l'université. Au moment de la sortie de ce disque, ils étaient installés en Angleterre, mais ils ont donné leur premier concert à Paris en 2002 sous le nom de The Nicotines (tiens, tiens...). C'est sous ce nom aussi qu'est sorti en 2004 leur premier EP, I don't like it. Mais en 2005, quand est sorti l'album Demon, le groupe était devenu Envelopes. Sur l'album, on retrouve les quatre titres du EP de The Nicotines et les deux singles suivants, It is the law et Sister in love. Le titre de l'album serait un jeu de mots sur Démos, car le groupe le considérait comme une simple compilation de ses premiers enregistrements. Un deuxième album, Here comes the wind, est sorti en 2008, mais le groupe a dû s'arrêter assez vite ensuite.
En tout cas, Sister in love est l'une de mes découvertes les plus explosives et enthousiasmantes de l'année.





1 commentaire:

Anonyme a dit…

très bonne découverte,merci, j'en ai commandé un. Ph

LinkWithin

Linkwithin