15 février 2020

THE THE : Uncertain smile


Acquis par correspondance via Discogs en février 2020
Réf : 0-29878 -- Édité par Sire / Some Bizarre aux États-Unis en 1982
Support : 45 tours 30 cm
Titres : Uncertain smile -/- Three orange kisses from Kazan -- Waitin' for the upturn

Récemment, quelqu'un a fait tourner la vidéo d'un passage de Matt Johnson dans une émission de télé anglaise en 1983. On l'y voit chanter Uncertain smile par-dessus une bande musicale. Je n'avais jamais vu ces images, ça m'a plu et ça m'a donné l'occasion de me replonger dans mes disques de The The.
J'ai fait le point notamment sur l'imparable trilogie de singles que The The a publiée en 1982-1983 : Uncertain smile, Perfect et This is the day. A l'époque de leur sortie, je n'ai acheté aucun de ces disques, d'abord parce que je n'ai pas eu l'occasion de les voir en rayon et ensuite parce que je n'avais pas d'argent à investir dans ces disques, sachant que je me suis assez vite procuré la cassette européenne de Soul mining, qui contient ces trois titres.
Sauf que seul This is the day est vraiment extrait de Soul mining. Perfect a souvent été ajouté en bonus de l'album, sur la cassette, donc, sur l'édition originale en 33 tours en Amérique du Nord et aux antipodes, puis sur les versions CD pendant les années 1980-1990, mais il s'agissait d'une deuxième version, différente de celle du single.
Quant à Uncertain smile, la version sur l'album est aussi une deuxième version, très bien, dont la seconde partie est marquée par un solo de piano impressionnant de Jools Holland.
Ces dernières années, j'avais réussi à me procurer les singles de Perfect et This is the day, mais il me manquait justement Uncertain smile. Je me suis mis en quête et j'ai été bien content de trouver un exemplaire de l'édition américaine du maxi mise en vente à un prix raisonnable par un vendeur français.
Pour moi, ce single Uncertain smile est le premier grand disque de The The. Avant ça, il y avait eu un morceau d'eux sur la compilation Some Bizarre album, que j'avais achetée à sa sortie. Pas mal, mais sans plus. Plus tard, j'avais emprunté et copié l'album de 1981 Burning blue soul paru à l'origine sous le nom de Matt Johnson. J'y avais entendu quelques trucs qui m'avaient plu, mais là encore rien à voir avec l'emballement causé par Soul mining.
Il y a eu aussi deux 45 tours parus en 1980 et 1981, Controversial subject et Cold spell ahead, que je ne connaissais pas. Ce n'est que cette semaine en préparant ma chronique que j'ai appris que Cold spell ahead est en fait une proto-version d'Uncertain smile ! Les deux premières minutes sont vraiment une version primitive et synthétique d'Uncertain smile, après ça part dans une autre direction et c'est moins intéressant.
L'ami Philippe Dumez, dans une chronique (lui aussi) de la cassette de Soul mining, pointe bien l'un des attraits des chansons de Matt Johnson pour les lycéens et étudiants en pleine phase de crise existentielle : la lisibilité de ses paroles, qui claquent et qui portent, presque comme des slogans parfois. "C'est le jour où ta vie va sûrement changer, C'est le jour où tout va se mettre en place" (This is the day) ou "Comment est-ce que quelqu'un pourrait me connaître quand je ne me connais pas moi-même" (Giant).
Pour Uncertain smile, on est plutôt dans le registre de la chanson d'amour humide. Je trouve le deuxième couplet très réussi :
"A howling wind blows the litter as the rain flows
And streetlamps pour orange colored shapes through your windows
A broken soul stares from a pair of watering eyes
Uncertain emotions force an uncertain smile"
Je n'ai pas cherché du tout à acheter ce single en petit 45 tours. En effet, c'est rare (il y a le Close to me de The Cure par exemple), mais la version maxi d'Uncertain smile, tout comme celle de Perfect qui suivra juste après, est très longue (10 minutes) mais très réussie et indispensable. Matt Johnson joue de tous les instruments, sauf la flûte et le saxophone, qui sont assurés par le musicien de session Crispin Cioe.
L'enregistrement du disque s'est fait à New York avec à la production Mike Thorne, qui avait déjà travaillé avec Wire et aussi avec Soft Cell / Some Bizarre pour la reprise de Tainted love.
Stevo, le fondateur de Some Bizarre et manager de The The, avait fait payer cette session par London Records, avec la promesse de la signature d'un contrat à venir. Au retour, il a préféré négocier avec d'autres labels. The The a finalement signé chez Epic, qui a sorti ses disques en Angleterre dès le single suivant. Pour les États-Unis, peut-être qu'un deal initial a été respecté, mais en tout cas c'est le seul disque de The The qui a été sorti par Sire. Epic n'est entré dans la danse que pour le disque suivant, Perfect, également produit par Mike Thorne. Il devait enchaîner sur l'album, mais a renoncé suite à ces bisbilles avec London.
Les deux titres en face B du maxi font partie du projet The pornography of despair de Matt Johnson. Un album initialement prévu pour sortir entre Burning blue soul et Soul mining. Il s'y est attaqué plusieurs fois mais n'a jamais vraiment bouclé ce projet. Par contre, plusieurs chansons ont été essaimées au fil du temps sur des faces B de single, et aussi (encore et toujours) dans les bonus de la cassette de Soul mining. Comme pour Smile ou d'autres albums perdus, certains ont tenté d'en proposer une possible version, mais rien ne dit qu'une version complètement enregistrée existe et seul Matt Johnson doit savoir ce qu'elle pourrait bien contenir. 
Three orange kisses from Kazan semble bien nous emmener dans la capitale du Tatarstan en Russie, en tout cas, le tout début sonne assez oriental. L'instrumentation est très dense, la voix trafiquée. Le tout sonne comme de l'enregistrement maison, mais c'est quand même très intéressant. J'aime un peu moins Waitin' for the upturn, mais c'est quand même aussi une face B d'une très bonne tenue.
Une biographie de Matt Johnson a été publiée en 2018. En 2019, The The a même tourné pour fêter les 40 ans depuis sa formation. Pour l'heure, aucun autre projet n'est annoncé sur le site du groupe.


Matt Johnson chante sur la bande musicale de la version single d'Uncertain smile, dans l'émission Oxford Road Show, en 1983.


The The en duo mime sur la version album d'Uncertain smile, celle avec Jools Holland au piano, dans l'émission TopPop, le 10 octobre 1983.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin